Articles politiques Idées, organisation et pratique anarchistes – Errico Malatesta

Errico Malatesta - Articles politiques - Idées, organisation et pratiques anarchistes.

epub

Figure emblématique et fondatrice de l’anarchisme, Errico Malatesta a contribué à de nombreux journaux, en créant lui-même plusieurs, au cours de sa longue vie à cheval sur les XIX et XXe siècles. Cette anthologie, parue initialement en 1976 chez 10/18, est ici rééditée, revue et augmentée par son traducteur et préfacier, Frank Mintz. On y retrouve des textes théoriques sur les principes de l’anarchisme, des interventions sur la pratique révolutionnaire (syndicalisme, propagande, abstentionnisme, lutte contre le fascisme, etc.), sur divers soulèvements populaires (semaine rouge d’Ancône, révolutions russe et espagnole, etc.) et sur certaines figures anarchistes et socialistes (Sacco et Vanzetti, Kropotkine, etc.).
Les réflexions de Malatesta, loin d’être dépassées, continuent de présenter une grande actualité pour qui se réclame de la vaste et riche tradition de l’anarchisme.

Histoire de la philosophie russe – Basile Zenkovsky- tome I

pdf

Saigon, 1925–1945: De la “Belle colonie” à l’éclosion révolutionnaire ou la fin des dieux blancs – Philippe Franchini

pdf

Au lendemain de la Grande Guerre, à l’heure où s’affirme la France coloniale, l’Indochine est le joyau de l’Empire et Saigon son emblème. “Perle de l’Extrême-Orient”, elle éclipse les autres villes de la région, même Hanoï, la capitale administrative au passé plus riche. À son apogée dans les années vingt, Saigon apporte ce qu’il faut d’exotisme et de chimères aux jeunes Français qui étouffent dans une métropole étriquée. Elle est bien la “Belle Colonie” où cohabitent et se mêlent différents peuples qui font ainsi l’épreuve du métissage. Miroir d’une France se voulant généreuse et dispensatrice de progrès, la “ville blanche” va nourrir en son sein l’agitation émancipatrice. Saigon la rouge naît dans le sillage du développement économique et réunit toutes les conditions qui vont permettre au mouvement révolutionnaire de s’étendre. L’occupant japonais finira de ruiner ce beau rêve d’harmonie et de délice. En 1945, la Belle Colonie se meurt.

La guerre dans le monde grec (VIIIe-Ier siècles av J.-C) – Pascal Payen

epub

Contrairement à un lieu commun qui a longtemps prévalu, les Grecs des cités ne passaient pas leur temps à faire la guerre. Parce qu’elle met en jeu le sort de chaque individu et l’existence de la collectivité, la guerre n’est jamais une évidence.
Les Grecs n’aimaient pas la guerre, mais ils avaient appris à s’y préparer, au sein de leurs assemblées, dans leur organisation sociale, par des choix concernant l’éducation, dans l’analyse historique et la réflexion philosophique. Sans cesse, les sociétés grecques soumettent la guerre à discussion et remettent en cause son prétendu caractère naturel. La guerre est une construction sociale, reposant sur des valeurs communes et délimitée par un cadre anthropologique. Elle comporte aussi une part d’ombre concernant les formes d’exercice de la violence, toujours organisée à défaut d’être supportable.
À travers un ensemble de dossiers classiques et de questions nouvelles ou peu abordées, ce livre renouvelle le regard d’ensemble porté sur la guerre appréhendée comme phénomène culturel.

Croissance et contestation 1958-1981 – Jean Vigreux

epub

Des années de Gaulle aux années Giscard, Jean Vigreux retrace ces décennies décisives pour comprendre le temps présent. Avec le retour de Charles de Gaulle, en mai 1958, c’est la naissance de la Ve République, un régime pensé par et pour le Général. L’élection au suffrage universel direct du président de la République, votée par référendum en 1962, rompt avec une tradition républicaine séculaire et entraîne une bipolarisation de la vie politique qui ne s’est pas démentie. En 1962, la fin de la guerre d’Algérie, dont l’ombre portée continue de s’étendre sur la société tout entière, clôt un cycle de guerre ininterrompu depuis 1939. C’est le temps de la haute croissance et du plein emploi. Des politiques volontaristes de modernisation agricole et industrielle, d’aménagement du territoire sont menées avant que le premier choc pétrolier ne fasse basculer la France dans la crise. Faut-il en rester pour autant à l’idée de Trente Glorieuses ? La période fut un temps de bouleversements et de conflits à vif, de refondations politiques et syndicales aussi. Les événements de 1968 ouvrent une décennie de contestations et une époque de libération des mœurs que le politique accompagne ou rattrape. ” Tout est politique ” : le politique ici donne le ton, mais sous la forme d’une histoire sociale du politique qui varie les échelles du local au national, met l’accent sur les hommes et les réseaux.

Une lecture renouvelée des débuts de la Ve République, années de modernisation autant que de contestations.

ABDEL-KADER – Le combat et la tolérance – Yahia Belaskri

Résultat de recherche d'images pour "Abdelkader Yahia Belaskri"

epub

Yahia Belaskri, écrivain et journaliste algérien vivant en France, écrit des nouvelles et des romans. Il a publié entre autres Si tu cherches la pluie, elle vient d’en haut, éd. Vents d’ailleurs (2010, Prix Ouest-France-Étonnants Voyageurs 2011) et dirigé le recueil collectif Algéries 50 chez Magellan et Cie (2012).
Ce livre consacré à l’émir Abd el-Kader lui vaut déjà de nombreuses invitations dans des festivals littéraires internationaux.

 

La Mitidja autogérée. Enquête sur les exploitations autogérées agricoles d’une région d’Algérie (1968-1970) – Claudine Chaulet

pdf

epub

Claudine Chaulet

Claudine Chaulet, La Mitidja autogérée, Enquête sur les exploitations autogérées agricoles d’une région d’Algérie (1 968-1 970), Alger, S.N.E.D., 1972, 402 p., 46 tabl., 15 fig. Cet ouvrage est l’aboutissement d’une recherche qui a été soutenue comme thèse de troisième cycle de sociologie, et porte sur l’expérience d’autogestion connue par l’Algérie indépendante. Celle-ci n’est pas dans ce pays une étatisation déguisée mais il est certain que les impératifs du Plan ne sauraient masquer la nécessité d’une intervention réelle. Laj Kamara.

L’autogestion, l’homme et l’Etat, « L’expérience algérienne » – Serge Koulytchisky

pdf

epub

Nous remercions les éditions de l’Asymétrie pour la mise à disposition de ce livre ainsi que La Mitidja autogérée. Enquête sur les exploitations autogérées agricoles d’une région d’Algérie (1968-1970) de claudine chaulet.

Serge Koulytchisky

Serge Koulytchizky, L’autogestion, l’homme et l’État. l”expérience algérienne. Paris-La Haye, EPHE & Mouton, 1974, 482 p., annexes, bibl., tabl. (ce Recherches coopératives » VI).

Le livre de Serge Koulytchizky est bien sûr déjà un livre d’histoire : sa documentation s’arrête en 1971, avant que l’on ne puisse juger de la portée d’une ordonnance aussi importante que celle du 16 novembre 1971, qui s’efforçait de réglementer la gestion sociale des entreprises. Mais cela ne retire rien à l’importance de l’ouvrage en raison du caractère global, quasi exhaustif de l’analyse. A cet égard, il encadre et complète ces deux excellentes contributions que sont, sur le plan de l’enquête monographique : La Mitidja autogérée de Claudine Chaulet1, et sur celui de la politologie et de l’histoire des idées : Révolution et autogestion rurale en Algérie de Gérard Duprat2. Quand viendra le temps d’une étude — bilan de la « Ké volution agraire » et… de tout ce qui reste à faire — , la geste et la passion du paysan algérien depuis l’Indépendance nous seront enfin connues, sous des aspects que masque l’évolution des structures.

La perspective est pleine de promesses : situer l’autogestion, d’une part face à l’État, d’autre part face à l’homme, bénéficiaire — ou victime — de l’expérience. L’auteur montre bien les pistes qui s’ouvraient, au delà de la gestion « empirique » des biens vacants, pendant l’été 1962 : une autonomie de type « municipaliste », réagissant contre la bureaucratie et les exigences de rentabilité, ou, au contraire, une intégration, voire une assimilation de type « préfectoraliste », majorant les droits de l’autorité de tutelle. C’est naturellement la deuxième tendance qui a triomphé, sans pourtant que le nom ni l’organigramme de l’autogestion soient en quoi que ce soit modifiés. H fallait situer cet exposé sur un fond d’évolution politique générale du pays. L’auteur s’acquitte à merveille de cette tâche ; de même, lorsqu’il évoque la crainte — finalement non fondée — d’un démantèlement de l’autogestion après le coup d’État du 19 juin 1965, avec, pour certains, l’espoir que subsiste ou que s’établisse véritablement un socialisme autogestionnaire.

1. Claudine Chaulet, La Mitidja autogérée, Alger, SNED, 1971, 402 p.

2. Gérard Duprat, Révolution et autogestion rurale en Algérie, Paris, Armand Colin, 1973, 486 p. (« Cahiers de la Fondation nationale des sciences politiques » 189).

Autogestion ouvrière et pouvoir politique en Algérie (1962-1965) – Monique Laks

pdf

epub

tiré du site des editions de l’Assymétrie

Publié en 1970, le livre de Monique Laks constitue à notre humble avis la meilleure analyse disponible sur le phénomène autogestionnaire algérien. Originaire de Tunisie, cette militante trotskyste proche de la tendance majoritaire de la IV ème internationale ( c’est à dire de Pierre Frank et de Ernest Mandel et donc opposée à Michel Raptis/Pablo) a pu mener une enquête de fond sur le secteur industriel autogéré tout en gardant une distance critique vis à vis du pouvoir et de son discours. Elle sera d’ailleurs obligée de fuir le pays après le coup d’État de juin 1965. Le livre étant disponible en intégralité sur ce site, nous nous contentons de donner ici quelques citations significatives pour inciter à la lecture…

« Legs colonial » et autogestion : « Ce type de colonie de peuplement interdisant à la fois tout accès des colonisés aux postes de conception et -au delà- toute organisation légale autonome, le remplacement ex abrupto des uns par les autres, était impossible. C’est ce qui contribue à expliquer la différence, non pas d’ampleur mais de nature, des problèmes rencontrés lors de l’indépendance de la Tunisie, par exemple, où le type de protectorat avait permis la construction du parti nationaliste Destour, et la formation de cadres, en nombre insuffisant certes, mais de cadres prêts à prendre part à la relève la plus urgente. »
« Sous l’impulsion des forces libérées par la révolution nationaliste, a pu éclore l’autogestion ouvrière. On se souvient aussi que ce fut beaucoup moins dans le mouvement de libération lui-même que dans la dialectique de son évolution, notamment par la dialectique du fait colonial qu’a essentiellement pu s’inscrire cette gestion ouvrière de l’unité de production. »

Essor de la petite-bourgeoisie et bureaucratisation : « L’aspiration de la petite-bourgeoisie d’un pays sous-développé sublimant son incapacité à trouver place au sein du capitalisme n’est-elle pas justement d’installer une gestion étatique pour vivre d’elle ? De substituer au capitalisme privé, le capitalisme d’État ? »
« C’est dans ses rapports avec les couches prolétariennes que la petite-bourgeoisie va le mieux se révéler et du même coup engager son avenir. Pour dominer sans conflit, c’est à dire profiter sans danger du produit du travail des masses, elle va opérer sur trois fronts – politique, économique, démagogique- cristallisant le tout dans ses rapports avec l’autogestion.(…) Les manoeuvres de l’Office National de Redressement Agricole, parvenant à détourner le produit des fermes autogérées pour les convertir en biens de consommation de luxe (…) suffiront à caractériser le mécanisme et les résultats de cette gestion bureaucratique. »

Un moindre mal temporaire ? L’autogestion et le Pouvoir : « Les comités de gestion représentent, à tout prendre, une solution au problème imprévu de la vacance. Les petites unités industrielles, voire semi artisanales, souvent vides, qui ne tentent que d’exceptionnels intérêts privés, d’une part, des domaines abandonnés où la récolte attend, d’autre part, sont réunis en exploitation sans qu’il n’en coûte rien à l’État. Non seulement les ouvriers n’y sont pas payés, mais ils collectent entre eux les premiers fonds d’urgence et assument les réparations essentielles. Dés lors mieux vaut renverser la situation et faire d’une structure intruse un instrument démagogique du pouvoir, lequel fait d’une pierre deux coups. (…) Pour l’instant, l’autogestion permet donc au pouvoir de résoudre trois problèmes : disposer d’une base contre ses adversaires, masquer son immobilisme en donnant le change sur ses options socialistes, se ménager enfin, la source financière au développement bureaucratique de son appareil.
A condition de circonscrire le secteur autogéré à ses dimensions premières, le secteur industriel surtout, de le priver de tout pouvoir réel en ne lui donnant qu’un pouvoir économique local, de le maintenir dans son isolement en maintenant la classe ouvrière elle même désorganisée et en empêchant les conseils communaux de devenir réalité, de laisser, enfin, l’autogestion affronter sans moyens les secteurs privé et étatique, les risques sont réduits pour le pouvoir de se voir débordé par le développement de cet embryon de pouvoir ouvrier. »
« Une impression d’action concertée a pu se dégager de ce qui a été dit des rapports entre la coalition au pouvoir et les ouvriers en autogestion. Il ne s’agit pourtant que de la résultante de réponses données empiriquement et dans l’instant aux diverses situations contradictoires et non d’une conscience interne d’intérêts propres rendant la petite bourgeoisie capable de se tracer une ligne de conduite cohérente – tout au moins jusqu’en juin 1965. »
« Utile en tant que générateur de plus-value pour la bureaucratie en même temps qu’alibi politique, le secteur autogéré n’est totalisé qu’à cette condition. »

L’autogestion piégée dans l’économie : « On a pu constater les limites de la solidarité interne aux entreprises autogérées par la conception concurrentielle qu’elles avaient les unes des autres, par certaines réactions au projet de consolidation d’entreprises. »
« Une première implication des relations dialectiques nouées entre le collectif ouvrier et l’entreprise apparaît. L’amélioration des conditions d’existence du collectif passe par le développement de la seule entreprise que ce collectif autogère. Si il peut assurer ce développement, la non péréquation du profit et des pertes au plan de l’ensemble des producteurs, non péréquation que suppose l’autonomie des autogestionnaires condamne a être sanctionné, seul, par les lois de la concurrence. (…) Il faut par conséquence bien se rendre à l’évidence qu’il n’est pas d’autre ciment social que le marché, qu’une série de marchés. »
« La seule péréquation, la seule solidarité existante est celle qui unit le collectif ouvrier à son entreprise (…) Le profit pour cette seule collectivité devient la finalité de l’effort. La concurrence en demeure le moyen. »

Autogestion et transcroissance : « C’est au moment où le collectif en autogestion, ou plus exactement son avant-garde, prend conscience de la nécessité de chercher hors de l’entreprise les solutions aux problèmes vitaux de l’entreprise, au moment donc, où la volonté de conservation, les mobiles égocentriques, engendrent les forces centrifuges, qu’il met en cause le pouvoir central dans ses lignes de force politiques, qu’il revendique, pour mieux vivre des structures collectivistes, un État nouveau. »
« Il en ressort que si l’autogestion est un facteur de révélation et de radicalisation des rapports sociaux, elle ne paraît pas capable de développer cette radicalisation jusqu’au renversement des rapports de force existants, à moins de se nier en tant qu’autogestion. »”

La matrice de la race – Elsa Dorlin

Résultat de recherche d'images pour "La matrice de la race - Elsa Dorlin" epub

La race a une histoire, qui renvoie à l’histoire de la différence sexuelle. Au XVIIe siècle, les discours médicaux affligent le corps des femmes de mille maux : « suffocation de la matrice » « hystérie », « fureur utérine », etc. La conception du corps des femmes comme un corps malade justifie efficacement l’inégalité des sexes. Le sain et le malsain fonctionnent comme des catégories de pouvoir. Aux Amériques, les premiers naturalistes prennent alors modèle sur la différence sexuelle pour élaborer le concept de « race » : les Indiens Caraïbes ou les esclaves déportés seraient des populations au tempérament pathogène, efféminé et faible.
Ce sont ces articulations entre le genre, la sexualité et la race, et son rôle central dans la formation de la Nation française moderne qu’analyse Elsa Dorlin, au croisement de la philosophie politique, de l’histoire de la médecine et des études sur le genre. L’auteure montre comment on est passé de la définition d’un « tempérament de sexe » à celle d’un « tempérament de race ». La Nation prend littéralement corps dans le modèle féminin de la « mère », blanche, saine et maternelle, opposée aux figures d’une féminité « dégénérée » ? la sorcière, la vaporeuse, la vivandière hommasse, la nymphomane, la tribade et l’esclave africaine. Il apparaît ainsi que le sexe et la race participent d’une même matrice au moment où la Nation française s’engage dans l’esclavage et la colonisation.

Nina Simone: Love me or leave me – Mathilde Hirsch and Florence Noiville

epub

Caroline du Nord, 1936. À 3 ans, Eunice Waymon, petite fille noire infiniment douée, donne son premier concert dans une église. Elle a su jouer du piano avant même de marcher. À 10 ans, elle lutte déjà contre la ségrégation : lors d’un récital, elle refuse de jouer si ses parents ne sont pas assis au premier rang, comme les Blancs. À 18 ans, elle veut devenir la plus grande concertiste classique noire, mais – à cause de la couleur de sa peau ? – son rêve se brise. Alors elle se rebaptise Nina Simone et, des bars crasseux jusqu’au Carnegie Hall, elle va connaître la gloire. De sa voix puissante, chaude et mystique, elle invente un langage unique, entre jazz, classique, soul et gospel. Amie de James Baldwin, elle chante pour défendre les droits des Noirs aux côtés de Martin Luther King. Mais la vie est violente avec cette écorchée vive : déboires sentimentaux, cupidité de l’industrie du disque, mort de ses frères de combat, difficulté à être une bonne mère… Nina flambe son argent et sombre dans les troubles psychiques. Des États-Unis jusqu’au Sud de la France, en passant par Londres, l’Afrique et les Pays-Bas, les auteures, mère et fille à la vie, sont parties sur ses traces. Elles nous offrent le portrait inédit d’une artiste magistrale en quête d’absolu et de liberté.

Histoire des pirates et des corsaires. De l’Antiquité à nos jours. – Gilbert Buti, Philippe Hrodej

Résultat de recherche d'images pour "Histoire des pirates et des corsaires. De l’Antiquité à nos jours. - Gilbert Buti, Philippe Hrodej" epub

Pour nos contemporains, l’évocation des pirates et des corsaires se résume aux aventures flamboyantes de marins dans la mer des Caraïbes ou aux attaques de farouches brigands au large de la Somalie. Moins réductrice, la réalité est à la fois multiple, passionnante et souvent plus riche que la fiction.

L’Histoire des pirates et des corsaires propose un tableau de ces phénomènes maritimes sur la longue durée jalonné de figures emblématiques comme celles de Drake, Surcouf, Duguay-Trouin, Dragut, Barberousse,

Koxinga. Elle invite à un voyage dans le temps, des pirates de la Méditerranée antique et des raids maritimes vikings au Moyen Âge à la piraterie pratiquée de nos jours en Asie du Sud-Est. Mais aussi à un voyage dans l’espace, de l’Europe aux Antilles, en passant par la mer de Chine et les rives de l’océan Indien. Un intérêt est également accordé à l’ancrage de la piraterie dans nos mémoires, à l’élaboration de mythes et à leurs prolongements dans les mondes virtuels du cinéma, de la BD et des jeux électroniques. La première histoire exhaustive des pirates et des corsaires à l’échelle mondiale.

Les traites négrières – Pétré-Grenouilleau Olivier

Résultat de recherche d'images pour "Les traites négrières - Pétré-Grenouilleau Olivier" pdf

Monstrueuse, la matière de ce livre l’est, pour deux raisons. Le sujet, d’abord : le trafic d’hommes noirs, «infâme trafic» jusque dans les justifications qu’on a voulu lui trouver. Monstrueuse aussi, son étendue dans l’espace, de l’Afrique à la Méditerranée orientale puis de l’Afrique aux Amériques ; et dans le temps, puisque cette histoire est longue de près de quatorze siècles.
Il fallait à Olivier Pétré-Grenouilleau, pour maîtriser dans sa totalité l’étude de ce trafic et l’ériger en objet historique, une approche globale, qui mettrait en relation l’histoire de l’esclavage avec d’autres domaines de la recherche historique – histoire des idées, des comportements, de l’industrialisation… Cette méthode comparative, alliée à une vision à la fois panoramique et plongeante, permettrait de découvrir comment des logiques différentes, propres à l’Afrique noire, au monde musulman et à l’Occident, ont pu se connecter pour donner naissance aux traites négrières. Comment, une fois pris le pli, enclenché l’engrenage négrier, les traites ont évolué jusqu’à leur terme, résultat d’une dynamique abolitionniste, certes ambiguë, mais radicale.
De l’esclavage antique à la mise en place de nouveaux systèmes d’exploitation de l’homme, ce livre restitue pour la première fois dans son ensemble la complexité d’une histoire débarrassée des clichés et des tabous, riche aussi de révoltes et de combats. Un des phénomènes mondiaux à l’origine du monde moderne.

Histoire du Moyen-Orient. De l’antiquité à nos jours – Georges Corm

epub

Georges Corm, dont les travaux sur le Proche-Orient contemporain et les rapports entre Europe et Orient sont devenus des références incontournables, propose ici une vision synthétique et vivante de l’histoire du Moyen-Orient depuis la plus haute Antiquité, c’est-à-dire bien avant l’apparition de l’islam. Il rappelle ainsi utilement ce qu’il appelle la « géologie des cultures », ces différentes couches anthropologiques sur lesquelles l’Islam a bâti une des grandes civilisations de l’histoire de l’humanité. Le Moyen-Orient apparaît ainsi dans la diversité de ses patrimoines culturels, avec les ruptures et continuités entre les empires et les civilisations qui ont marqué son histoire.
Pour mieux dépeindre la complexité de cette région du monde ouverte sur trois continents, l’auteur présente les « socles géographiques » sur lesquels se sont bâtis ces empires : le socle anatolien, le socle iranien et mésopotamien, le socle égyptien. Grâce à cette approche, il devient enfin possible de sortir des amalgames entre des peuples de langues différentes, mais en interaction permanente : Iraniens, Turcs et Arabes, aujourd’hui confondus dans la « nébuleuse islamique ». Enfin, les dynamiques malheureuses des rapports entre l’Occident et le Moyen-Orient, ainsi que la décadence de cette région depuis deux siècles, sont explicitées de façon claire et objective, prenant en compte les facteurs sociaux et économiques si souvent négligés dans la littérature sur l’islam et le monde musulman.

Genèse de l’Algérie algérienne – Charles-Robert Ageron

Résultat de recherche d'images pour "Genèse de l’Algérie algérienne	Charles-Robert Ageron"

pdf

sommaire:

DE L’ALGERIE ” FRANCAISE ” A L’ALGERIE ALGERIENNE
Administration directe ou protectorat : un conflit de méthodes sur l’organisation de la province de Constantine (1837-1838)
Gambetta et la reprise de l’expansion coloniale
La politique kabyle sous le Second Empire
L’évolution politique de l’Algérie sous le Second Empire
Peut-on parler d’une politique des ” royaumes arabes ” de Napoléon III
Le parti colonial
Jules Ferry et la question algérienne en 1892
(d’après quelques inédits)
Jules Ferry et la colonisation
Jaurès et les socialistes français devant la question algérienne (de 1895 à 1914)
Une politique algérienne libérale sous le Troisième République (11912-1919).Clémenceau et la question coloniale
La France a-t-elle eu une politique kabyle ?
Les communistes français devant la question algérienne (de 1921 à 1924)
Un rapport inédit de Louis Massignon à la Commission du Centenaire de l’Algérie
Fiscalité française et contribuables musulmans dans le Constantinois (1920-1935)
L’exposition coloniale de 1931 -Mythe républicain ou mythe impérial
Sur l’année politique algérienne 1936
Les Juifs d’Algérie -De l’abrogation du décret Crémieux à son rétablissement (7 octobre 1940-20 octobre 1943)
De Gaulle et le Maghreb en 1945
Le gouvernement Pierre Mendès France et l’insurrection algérienne
Edmond Michelet et la guerre d’Algérie
L’opinion française devant la guerre d’Algérie
Les Français devant la guerre civile algérienne
La Guerre d’Algérie et les Français : Conclusion
L’OAS -Algérie -Sahara
De Gaulle et l’Algérie
L’opération de Suez et la guerre d’Algérie
Une dimension de la guerre d’Algérie : les ” regroupements de populations
” L’Algérie dernière chance de la puissance française ” -Etude d’un mythe politique (1954-1962)
GENESE DE L’ALGERIE ALGERIENNE
Premi7res négociations franco-algériennes
Un mythe politique français : Abd El-Kader, souverain d’un ” royaume arabe ” d’Orient
L’Algérie algérienne sous Napoléon III
L’émigration des Musulmans algériens et l’exode de Tlemcen (1830-1911)
Les troubles insurrectionnels du Sud-Constantinois novembre 1916-novembre 1917
Le mouvement Jeune-Algérien de 1900 à 1923
L’émir Khaled, petit fils d’Abd el-Kader, fut-il le premier nationaliste algérien ?
La pétition de l’Emir Khaled au PR2SIDENT Wilson (mai 1919)
Le premier vote de l’Algérie musulmane : les élections du Collège musulman algérien en 1919-1920
L’Association des Etudiants Musulmans Nord-Africains en France durant l’entre-deux-guerres -Contribution à l’étude des nationalistes maghrébins
Une émeute antijuive à Constantine (août 1934)
Les mouvements nationalistes dans le Maghreb pendant la Seconde Guerre mondial
Ferhat Abbas et l’évolution politique de l’Algérie musulmane pendant la Seconde Guerre mondiale
Les populations du Maghreb face à la propagande allemande
Regards sur la presse politique musulmane dans l’Algérie “française ”
Communisme et nationalisme
Les classes moyennes dans l’Algérie coloniale : origines, formation et évaluation quantitative
Emigration et politique : L’Etoile Nord-Africaine et le Parti du Peuple Algérien
L’immigration maghrébine en France -Un survol historique
Le Parti Communiste Algérien de 1939à1943
Ferhat Abbas
Un manuscrit inédit de Ferhat Abbas : Mon testament politique
Les troubles du Nord-Constantinois en mai 1945 : une tentative insurrectionnelle ?
Vers un syndicalisme national en Algérie (1946-1956)
Aux origines de la Toussaint 1954
Les guerres d’Indochine et d’Algérie au miroir de la ” guerre révolutionnaire ”
L’insurrection du 20 août 1955 dans le Nord-Constantinois -De la résistance armée à la guerre du peuple
La ” guerre psychologique ” de l’Armée de libération nationale algérienne
Un aspect de la guerre d’Algérie : la propagande radiophonique du FLN ET LES Etats Arabes
Une troisième force combattante pendant la guerre d’Algérie : l’armée nationale du peuple algérien et son chef le ” général Bellounis ”
Les supplétifs algériens dans l’armée française pendant la guerre d’Algérie
Complots et purges dans l’Armée de libération algérienne
Un versant de la guerre d’Algérie : la bataille des frontières (1956-1962)
Les pertes humaines de la guerre d’Algérie
Le drame des harkis en 1962
Les Accords d’Evian

Berber Government: The Kabyle Polity in Pre-Colonial Algeria – Hugh Roberts

Résultat de recherche d'images pour "Berber Government: The Kabyle Polity in Pre-Colonial Algeria - Hugh Roberts"

pdf

The Berber identity movement in North Africa was pioneered by the Kabyles of Algeria. But a preoccupation with identity and language has obscured the fact that Kabyle dissidence has been rooted in democratic aspirations inspired by the political traditions of Kabylia itself, a Berber-speaking region in the north of Algeria. The political organisation of pre-colonial Kabylia, from which these traditions originate, was well described by nineteenth-century French authors. But their inability to explain it encouraged later theorists of Berber society, such as Ernest Gellner and Pierre Bourdieu, to dismiss Kabylia’s political institutions, notably the jema’a (assembly or council), and to reduce Berber politics to a function of social structure and shared religion. In Berber Government, Hugh Roberts, a renowned expert on North Africa, explores the remarkable logics of Kabyle political organisation and the unusual degree of autonomy it possessed in relation to both kinship divisions and the religious field. This book further offers a pioneering account of the social and political history of Kabylia during the Ottoman period and establishes a radically new way to understand the complex place of the Kabyles in Algerian politics.

De «l’Algérie française» à l’Algérie algérienne – Charles-Robert AGERON

pdf

Cette publication rassemble en deux forts volumes un choix d’études – choix effectué par l’auteur – d’histoire de l’Algérie, depuis l’époque coloniale jusqu’aux accords d’Evian.

Certaines de ces études sont très peu connues, d’autres difficilement accessibles, l’ensemble méritait une publication restituant la cohérence et la rigueur d’un travail de recherche unique par son ampleur et par les champs d’études couverts.

“Un hommage rendu à un historien
dont l’œuvre considérable
mérite une plus grande diffusion
des deux côtés de la Méditerranée”

Corsaires et Marchands: Les relations entre Alger et les Pays-Bas 1604 – 1830 – Gérard Van Krieken

Résultat de recherche d'images pour "Corsaires et Marchands: Les relations entre Alger et les Pays-Bas 1604 - 1830 - Gérard Van Krieken" pdf

Corsaires et marchands Les relations entre Alger et les Pays-Bas 1604-1830. Histoire des relations conflictuelles entre les Pays-Bas et la Régence d’Alger de 1604 à 1830, à partir des documents d’archives.

Pendant plus de deux siècles. Algériens et Néerlandais s’affrontèrent en Méditerranée occidentale. Tout au long de deux siècles, et malgré de courtes périodes de paix, le conflit fut quasi permanent entre une puissance maritime qui s’acharnait à tenter de tirer tous les profits de la course, et une puissance commerciale qui cherchait à s’imposer en Méditerranée, derrière l’Angleterre et la France.

Gérard Van Krieken, à partir de sources d’archives, tente de retracer dans cette étude l’histoire tumultueuse des relations difficiles entre les deux pays, marquée à la fois par des périodes de négociations très tendues, au gré des alliances et des guerres européennes, et également par des épisodes peu connus de collaboration entre corsaires néerlandais et corsaires algériens.

Le choc colonial et l’islam Les politiques religieuses des puissances coloniales en terre d’islam – Pierre-Jean LUIZARD

Le choc colonial et l'islam - Pierre-Jean LUIZARD pdf

« La laïcité est l’arme des nouveaux croisés » proclame aujourd’hui un slogan islamiste. Au-delà de ce jugement abrupt, on doit constater en tout cas que le rapport entre les héritages de la domination coloniale et l’importation de conceptions laïques et/ou sécularisées dans les pays musulmans est aujourd’hui au cœur des problématiques qui fondent les questionnements sur l’islam. Le contexte colonial a en effet manifesté partout les limites d’universalismes européens qui, pour la plupart, puisaient aux sources des Lumières. À l’épreuve de la colonisation, les idéaux émancipateurs sont souvent devenus la légitimation d’entreprises de domination, quand ils n’ont pas été purement et simplement retournés. La non-application de la loi de 1905 aux musulmans de l’Algérie française, le confessionnalisme politique au Liban, le projet sioniste en Palestine, la « question irakienne », la création du Pakistan sont autant d’exemples qui interrogent ces universalismes. Ce sont ces situations — et bien d’autres — que revisitent les auteurs de ce très riche ouvrage collectif. En choisissant de confronter les politiques religieuses des puissances coloniales avec la façon dont elles ont été perçues par les musulmans, ils fournissent les clefs pour comprendre les retours actuels. Une large place est réservée à l’expérience française, mais la problématique est élargie aux autres puissances coloniales européennes : Royaume-Uni et Russie.

Guelma, 1945 – Jean-Pierre PEYROULOU Guelma, 1945 Une subversion française dans l’Algérie coloniale – Jean-Pierre PEYROULOU

pdf

Les massacres de Sétif et de Guelma du 8 mai 1945 occupent une place croissante dans les mémoires : Français et Algériens s’en renvoient la responsabilité et discutent leur ampleur. Ce livre déplace la question de Sétif vers Guelma. Il resitue le massacre dans le temps long de la colonisation et dans une Algérie à la croisée des chemins depuis le débarquement de 1942, l’installation de de Gaulle à Alger, et l’affirmation d’une nation algérienne.
Le nationalisme avait acquis une exceptionnelle intensité dans le Constantinois, peuplé d’une très forte majorité d’Algériens, où les Français se sentaient submergés. Le 8 mai 1945, jour des célébrations de la victoire alliée, la poussée du mouvement national algérien se heurta à une réaction européenne d’une rare violence : dans les semaines suivantes, des civils européens desserrèrent l’étau algérien en « purgeant » la région de Guelma de ses nationalistes ? assassinant des centaines d’entre eux ?, et s’opposèrent à la politique de réformes. Un mouvement non seulement répressif, mais subversif, organisé, qui bénéficia de la participation des pouvoirs publics et des élus.
Retraçant très précisément le déroulement de ce drame, cet ouvrage en propose également une réinterprétation. Jean-Pierre Peyroulou décèle en effet dans l’action des Européens des logiques subversives préfigurant celle de l’OAS en 1961-1962. Il examine le fonctionnement d’un État et d’une société coloniale qui élaborèrent une raison d’État rampante pour recouvrir la réalité et la nature des violences, et les chemins tortueux qu’elle emprunta entre Guelma, Constantine, Alger et Paris…

Sisters in the Struggle : African-American Women in the Civil Rights-Black Power Movement – Bettye Collier-Thomas, V.P. Franklin

pdf

Women were at the forefront of the civil rights struggle, but their indvidiual stories were rarely heard. Only recently have historians begun to recognize the central role women played in the battle for racial equality. In Sisters in the Struggle, we hear about the unsung heroes of the civil rights movements such as Ella Baker, who helped found the Student Non-Violent Coordinating Committee, Fannie Lou Hamer, a sharecropper who took on segregation in the Democratic party (and won), and Septima Clark, who created a network of “Citizenship Schools” to teach poor Black men and women to read and write and help them to register to vote. We learn of Black women’s activism in the Black Panther Party where they fought the police, as well as the entrenched male leadership, and the Southern Christian Leadership Conference, where the behind-the-scenes work of women kept the organization afloat when it was under siege. It also includes first-person testimonials from the women who made headlines with their courageous resistance to segregation—Rosa Parks, Charlayne Hunter-Gault, and Dorothy Height. This collection represents the coming of age of African-American women’s history and presents new stories that point the way to future study. Contributors: Bettye Collier-Thomas, Vicki Crawford, Cynthia Griggs Fleming, V. P. Franklin, Charlayne Hunter-Gault, Farah Jasmine Griffin, Duchess Harris, Sharon Harley, Dorothy I. Height, Chana Kai Lee, Tracye Matthews, Genna Rae McNeil, Rosa Parks, Barbara Ransby, Jacqueline A. Rouse, Elaine Moore Smith, and Linda Faye Williams.

La voix du peuple – Une histoire des assemblées au Moyen Age – Michel Hébert

pdf

Bien avant l’émergence de l’idée démocratique, les grandes assemblées de l’Europe médiévale sont le laboratoire de techniques de représentation qui donnent voix au peuple. Ces assemblées territoriales, qu’elles se nomment parlements, états généraux, cortes ou diètes, sont au fondement d’une représentation politique de type parlementaire, constitutive de l’Etat moderne et ancêtre des régimes démocratiques contemporains.
Fondée sur l’exigence d’un consentement du peuple au prélèvement fiscal ou à la réformation du droit, cette représentation institue, dans chaque royaume ou principauté, des instances médiatrices entre des sociétés politiques en pleine émergence et des princes dont la souveraineté n’a encore rien d’absolu. Le présent ouvrage s’intéresse à la fois aux idées des théologiens, des philosophes et des juristes, ainsi qu’aux pratiques cérémonielles de la convocation et de la célébration de ces assemblées, mettant en lumière la façon dont naissent les peuples à travers leur représentation.

Les balles du 14 juillet 1953 – Daniel Kupferstein

mobi

Le 14 juillet 1953, la traditionnelle manifestation célébrant la fête nationale prend un tour tragique lorsque la police ouvre le feu sur le cortège. Les tirs ciblent essentiellement les représentants du parti nationaliste algérien et font de nombreuses victimes. Fruit de 4 ans d’enquête, le livre de Daniel Kupferstein décrypte les faits au plus près des témoignages d’époque et fait lumière sur ce non-dit de l’Histoire qui servit de déclencheur à la “guerre de libération” initiée par le FLN. Le 14 juillet 1953, la gauche communiste et syndicale célèbre la fête nationale, comme c’est la tradition, par une manifestation à Paris. Y participent, à la fin du cortège, plusieurs milliers de militants du Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques (MTLD), le parti nationaliste algérien. Quand ils arrivent place de la Nation, des heurts se produisent et les policiers tirent froidement sur les manifestants algériens. Six d’entre eux sont tués, ainsi qu’un militant de la CGT. Et on compte des dizaines de blessés par balles. Pendant un demi-siècle, ce drame va être effacé des mémoires et des représentations, en France comme en Algérie. Pour comprendre les raisons de cette amnésie et faire connaître les circonstances de l’événement, Daniel Kupferstein a conduit une longue enquête, pendant quatre ans. Elle lui a permis de réaliser en 2014 un film, que ce livre prolonge et complète. On y découvrira les témoignages inédits de nombre d’acteurs de l’époque, ainsi que les ressorts de l’incroyable mensonge d’État qui a permis l’occultation de ce massacre. Et on comprendra le rôle essentiel de ” déclic ” joué par ce dernier dans le déclenchement par le FLN de la ” guerre de libération ” en novembre 1954. ” L’originalité de l’approche de Daniel Kupferstein réside dans sa méthode de cinéaste documentariste. Si ce livre s’appuie sur la consultation d’archives inédites, sur une lecture attentive de la presse de l’époque et des moindres évocations du 14 juillet 1953 au cours des années qui suivent la tragédie, sur une fréquentation des études consacrées à la guerre d’Algérie, une part essentielle est constituée par la recherche des témoignages. Ce qui en fait la richesse, c’est bien la rencontre avec les acteurs de cet épisode sanglant, avec leurs proches, aussi bien du côté des victimes que des forces de répression, et avec tous ceux dont la vie, aujourd’hui encore, est entravée par les non-dits, les mal-dits de l’Histoire. ” Didier Daeninckx

Une histoire populaire du football – Mickaël Correia

epub

mobi

De l’Angleterre à la Palestine, de l’Allemagne au Mexique, du Brésil à l’Égypte, de la France à l’Afrique du Sud, ce livre raconte une autre histoire du ballon rond, depuis ses origines jusqu’à nos jours.
Le football ne se résume pas au foot-business : depuis plus d’un siècle, il a été un puissant instrument d’émancipation pour les ouvriers, les féministes, les militants anticolonialistes, les jeunes des quartiers populaires et les contestataires du monde entier.
L’auteur retrace le destin de celles et ceux qui, pratiquant ce sport populaire au quotidien, en professionnels ou en amateurs, ont trop longtemps été éclipsés par les équipes stars et les légendes dorées. Prenant à contre-pied les clichés sur les supporters de foot, il raconte aussi l’étonnante histoire des contre-cultures footballistiques nées après la Seconde Guerre mondiale, des hooligans anglais jusqu’aux ultras qui ont joué un rôle central dans les printemps arabes de 2011. En proposant une histoire « par en bas », en s’attachant à donner la parole à tous les protagonistes de cette épopée, Mickaël Correia rappelle que le football peut être aussi généreux que subversif.

L’arme invisible de la Françafrique. Une histoire du franc CFA – Fanny Pigeaud, Ndongo Samba Sylla

pdf

Lorsque ses colonies d’Afrique ont accédé à l’indépendance, à l’orée des années 1960, la France a réussi un tour de passepasse redoutable. Elle a officiellement reconnu la souveraineté politique des nouveaux États tout en gardant la mainmise sur leur économie grâce à une arme aussi puissante qu’invisible : leur système monétaire.
Depuis la création en 1945 du franc des colonies françaises d’Afrique (CFA), le sigle a évolué et désigne désormais deux monnaies : celle de la « communauté financière africaine » en Afrique de l’Ouest et celle de la « coopération financière en Afrique centrale ». Mais c’est toujours Paris qui décide de la valeur externe de ces monnaies. Et la zone franc, qui assurait le contrôle économique des colonies, garantit encore à l’économie française un avantage comparatif sur le continent africain.
Les auteurs décortiquent ces mécanismes monétaires et racontent comment les dirigeants français ont combattu tous ceux, experts ou dirigeants africains, qui se sont élevés contre cette servitude monétaire. Depuis quelques années, le franc CFA est également devenu l’enjeu de luttes populaires. Conscients que les questions économiques sont éminemment politiques, les citoyens africains sont de plus en plus nombreux à réclamer leur pleine souveraineté monétaire.

Constantinople 1453 : Des Byzantins aux Ottomans : Textes et documents – Vincent Déroche, Nicolas Vatin

pdf

A l’aube du 29 mai 1453, après un siège spectaculaire de presque deux mois, les troupes du sultan ottoman Mehmed II entraient dans Constantinople, mettant fin à l’empire millénaire de Byzance. Un monde basculait, et Constantinople devint capitale ottomane. L’événement fit à l’époque grande impression et fut par la suite surchargé de significations dans l’histoire universelle : on y voyait notamment, avec la consécration de la puissance ottomane, la fin du Moyen Age et les débuts de l’époque moderne. Ce livre remet en perspective ce moment catalyseur, et de la façon la plus vivante qui soit : par les textes. Pour la première fois en français, il rassemble les sources grecques, ottomanes et occidentales, mises en contexte et éclairées à la lumière des derniers états de la recherche. Elles témoignent ensemble de la bataille, de ses suites immédiates et de sa postérité à plus long terme, jusque dans ses dimensions légendaires. A partir des points de vue les plus divers, ces textes de ton, de nature et d’origine très différents dévoilent ainsi toute la complexité de l’événement : une invitation à en repenser le sens.

Le premier âge du capitalisme (1415-1763), Tome 1 : L’expansion européenne – Alain Bihr

pdf

La montée en puissance contemporaine des « pays émergents », au premier rang desquels la Chine, venant après celle du Japon et des « dragons » sud-est-asiatiques (Corée, Taïwan…), oblige à réinterroger voire à réviser l’histoire du capitalisme. Et de se demander si le premier rôle, longtemps tenu par l’Europe occidentale, au sein de cette dernière n’avait été qu’un accident dont les conséquences seraient en train de s’épuiser et une parenthèse en train de se refermer.
Cet ouvrage soutient que, si l’Europe occidentale a été le berceau du capitalisme et a pu, des siècles durant, en constituer l’élément moteur et dirigeant, c’est à son emprise sur le restant du monde qu’elle l’a d’abord dû. Ce premier tome revient sur l’acte inaugural de ce processus : l’expansion dans laquelle elle s’est lancée en direction des continents américain, africain et asiatique à partir du 15e siècle et qui se poursuivra au cours des trois siècles suivants. Cet ouvrage décrit et analyse les deux formes fondamentales de cette expansion : commerciale et coloniale. Il en précise les principaux acteurs : les États et leurs agents, les compagnies commerciales, les diasporas marchandes, la foule des migrants anonymes, etc. Il en donne le résultat global : la constitution d’un premier monde centré sur l’Europe occidentale dans l’exacte mesure où c’est par elle et pour elle que les autres continents vont se trouver interconnectés et progressivement extravertis.
L’ouvrage s’attache à montrer qu’à travers les comptoirs commerciaux ouverts sur leurs côtes autant que par le biais des territoires occupés et colonisés dans leurs arrière-pays, des régions entières de ces continents ont commencé à être soumises à un processus d’exploitation et de domination. Ce processus opère par le biais du commerce forcé et déloyal, par l’échange inégal ou, plus directement encore, par la réduction au servage ou à l’esclavage de leurs populations.
Il explique ainsi comment les sociétés locales ont vu leurs propres circuits d’échange perturbés, leurs structures productives altérées, leurs pouvoirs politiques traditionnels instrumentalisés ou détruits. De la sorte, elles furent subordonnées aux exigences de la dynamique de formation du capitalisme en Europe même.
Mais, loin de verser dans une sorte de misérabilisme à l’égard des pays et populations en proie à l’expansion européenne, l’ouvrage insiste au contraire sur la résistance qu’ils ont su lui opposer, en la tenant souvent en échec. Résistance cependant inégale, fonction de leur développement historique antérieur et des structures sociales toujours singulières auxquelles il avait abouti.
C’est pourquoi l’ouvrage consacre également une grande attention à l’état de chacune des sociétés que les Européens vont aborder au cours de leur expansion. Il fournit de la sorte un panorama du monde à l’aube de cette dernière.
En dernier lieu, cette analyse de l’expansion européenne tente d’expliquer les divergences qui vont surgir entre les États européens quant au calendrier selon lequel ils vont se lancer dans cette aventure et les formes qu’ils vont y privilégier. Elle se penche également sur les rivalités et conflits qui vont les opposer et redistribuer les cartes entre eux à différentes reprises.

Enfin elle souligne les bénéfices fort inégaux que les divers États européens vont retirer de leur expansion outre-mer, dont la pleine explication est cependant renvoyée aux deux tomes suivants de l’ouvrage.

W.E.B. Du Bois Speaks: Speeches and Addresses 1920-1963 – W.E.B. Du Bois, Philip S. Foner

pdf

A comprehensive collection of speeches by the Black rights advocate and scholar. 2nd of 2 vols.
Tribute to W.E.B. DuBois by Dr. Kwame Nkrumah, selected bibliograpy, notes, index.

William Edward Burghardt Du Bois dit W. E. B. Du Bois (23 février 1868 – 27 août 1963) est un sociologue, historien, militant pour les droits civiques, militant panafricain, éditorialiste et écrivain américain. Il est né à Great Barrington, dans l’ouest du Massachusetts. Après avoir été diplômé de l’université Harvard, où il fut le premier afro-américain à obtenir un doctorat, il devint professeur d’histoire, de sociologie et d’économie à la Clark Atlanta University. Du Bois fut l’un des fondateurs de la National Association for the Advancement of Colored People (NAACP) en 1909.

Du Bois se fit connaître au niveau national en devenant le chef du Niagara Movement, un groupe de militants afro-américains demandant l’égalité des droits pour les noirs. Du Bois et ses partisans s’opposèrent au compromis d’Atlanta rédigé par Booker T. Washington prévoyant que les noirs du Sud des États-Unis se soumettent à la domination politique blanche en échange d’une éducation de base et d’opportunités économiques de la part des blancs. Du Bois demandait au contraire une égalité complète et l’accroissement de la représentation politique qui selon lui ne pouvait venir que de l’élite intellectuelle afro-américaine à laquelle il faisait référence avec l’expression The Talented Tenth (« le dixième talentueux »).

Le racisme était la principale cible de Du Bois et il protesta fermement contre le lynchage, les lois Jim Crow et la discrimination dans l’éducation et au travail. Ses causes rallièrent également des Africains et des Asiatiques en lutte contre le colonialisme et l’impérialisme. Il fut un fervent défenseur du panafricanisme et aida à l’organisation de plusieurs congrès panafricains pour soutenir les demandes d’indépendance des colonies africaines. Du Bois réalisa plusieurs voyages en Europe, en Afrique et en Asie. Après la Première Guerre mondiale, il étudia les expériences des soldats noirs américains en France et documenta l’intolérance raciale dans l’armée américaine.

Du Bois fut un écrivain prolifique. Sa collection d’essais, The Souls of Black Folk, est un ouvrage majeur de la littérature noire américaine et son œuvre maîtresse, Black Reconstruction in America, s’opposait à la vision dominante qui rendait les noirs responsables de l’échec de la Reconstruction après la guerre de Sécession. Il rédigea le premier traité scientifique de sociologie et publia trois autobiographies comportant chacune des essais en sociologie, en politique et en histoire. En tant que rédacteur en chef du journal de la NAACP, The Crisis, il écrivit de nombreux articles influents. Du Bois considérait que le capitalisme était la cause principale du racisme et il fut un partisan des idées socialistes tout au long de sa vie. Il était un pacifiste convaincu et défendit le désarmement nucléaire. Le Civil Rights Act de 1964, reprenant de nombreuses réformes pour lesquelles Du Bois avait fait campagne toute sa vie, fut promulgué un an après sa mort

Staying Power: The History of Black People in Britain – Peter Fryer

pdf

Staying Poweris a panoramic history of black Britons. First published in 1984 amid race riots and police brutality, Fryer’s history performed a deeply political act, revealing how Africans, Asians, and their descendants had been erased from British history.
Stretching back to the Roman conquest, encompassing the court of Henry VIII, and following a host of characters from the pioneering nurse and war hero Mary Seacole to the abolitionist Olaudah Equiano, Peter Fryer paints a picture of two thousand years of black presence in Britain. By rewriting black Britons into British history, showing where they influenced political traditions, social institutions, and cultural life,Staying Powerpresented a radical challenge to racist and nationalist agendas. This edition includes a new foreword by Gary Younge examining the book’s continued significance in shaping black British identity today, alongside the now-classic introduction by Paul Gilroy.

Une histoire populaire de la France : de la guerre de Cent Ans à nos jours – Noiriel, Gérard

pdf

« En 1841, dans son discours de réception à l’Académie française, Victor Hugo avait évoqué la “populace” pour désigner le peuple des quartiers pauvres de Paris. Vinçard ayant vigoureusement protesté dans un article de La Ruche populaire, Hugo fut très embarrassé. Il prit conscience à ce moment-là qu’il avait des lecteurs dans les milieux populaires et que ceux-ci se sentaient humiliés par son vocabulaire dévalorisant. Progressivement le mot “misérable”, qu’il utilisait au début de ses romans pour décrire les criminels, changea de sens et désigna le petit peuple des malheureux. Le même glissement de sens se retrouve dans Les Mystères de Paris d’Eugène Sue. Grâce au courrier volumineux que lui adressèrent ses lecteurs des classes populaires, Eugène Sue découvrit les réalités du monde social qu’il évoquait dans son roman. L’ancien légitimiste se transforma ainsi en porte-parole des milieux populaires. Le petit peuple de Paris cessa alors d’être décrit comme une race pour devenir une classe sociale. »

La France, c’est ici l’ensemble des territoires (colonies comprises) qui ont été placés, à un moment ou un autre, sous la coupe de l’État français. Dans cette somme, l’auteur a voulu éclairer la place et le rôle du peuple dans tous les grands événements et les grandes luttes qui ont scandé son histoire depuis la fin du Moyen Âge : les guerres, l’affirmation de l’État, les révoltes et les révolutions, les mutations économiques et les crises, l’esclavage et la colonisation, les migrations, les questions sociale et nationale.

Extraits de l’introduction :

« L’ambition ultime de cette Histoire populaire de la France est d’aider les lecteurs non seulement à penser par eux-mêmes, mais à se rendre étrangers à eux-mêmes, car c’est le meilleur moyen de ne pas se laisser enfermer dans les logiques identitaires. »

« La démarche historique permet de retracer la genèse des grands problèmes auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui. C’est la raison pour laquelle, dans cette histoire populaire de la France, j’ai privilégié les questions qui sont au centre de notre actualité, comme les transformations du travail, les migrations, la protection sociale, la crise des partis politiques, le déclin du mouvement ouvrier, la montée des revendications identitaires. Le but étant de mettre cette vaste réflexion à la disposition du plus large public, j’ai adopté la forme du récit en m’efforçant de présenter sous une forme simple des questions parfois très compliquées. »

« Pour moi, le “populaire” ne se confond pas avec les “classes populaires”. L’identité collective des classes populaires a été en partie fabriquée par les dominants et, inversement, les formes de résistance développées au cours du temps par “ceux d’en bas” ont joué un rôle majeur dans les bouleversements de notre histoire commune. Cette perspective m’a conduit à débuter cette histoire de France à la fin du Moyen Âge, c’est-à-dire au moment où l’État monarchique s’est imposé. Appréhendé sous cet angle, le “peuple français” désigne l’ensemble des individus qui ont été liés entre eux parce qu’ils ont été placés sous la dépendance de ce pouvoir souverain, d’abord comme sujets puis comme citoyens. »

« Ce qui permet d’affirmer le caractère « populaire » de l’histoire de France, c’est le lien social, c’est-à-dire les relations qui se sont nouées au cours du temps entre des millions d’individus assujettis à un même État depuis le XVe siècle, et grâce auxquelles a pu se construire un « nous » Français. Les classes supérieures et moyennes ont été dans l’obligation de tenir compte des activités, des points de vue, des initiatives, des résistances, propres aux classes populaires, afin de mettre en œuvre des formes de développement autres que celles qu’elles avaient imaginées au départ. Et réciproquement, les représentations du peuple français que les élites ont construites au cours du temps, les politiques qu’elles ont conduites, ont profondément affecté l’identité, les projets, les rêves et les cauchemars des individus appartenant aux classes populaires. »

 

Travail et main-d’œuvre au Cameroun sous régime français, 1916-1952 – Kaptue Leon

pdf

L’histoire coloniale du Cameroun porte les marques indélébiles du problème du travail et de main-d’oeuvre. Il a en effet constitué, autrefois, un véritable goulot d’étranglement pour l’économie de marché introduite et animée par les Européens. Apparues dès l’époque allemande, les difficultés de main-d’oeuvre et les problèmes connexes se développèrent et atteignirent des proportions exceptionnelles. Ces difficultés devinrent une préoccupation quasi quotidienne pour l’Administration et le colonat. La manière dont les uns et les autres s’organisèrent pour affronter ce problème forme, dans ce livre, la trame historique sur laquelle Léon Kaptue greffe des analyses pertinentes montrant les lacunes et les abus contenus dans les différentes méthodes d’approche. L’auteur s’arrête au passage sur les réactions que le principal intéressé, l’autochtone, opposa au processus capitaliste qui se développait autour de lui, contre lui. Voici un ouvrage dont l’originalité réside dans ce qu’il aborde, pour la première fois de façon exhaustive, un problème d’histoire sociale qui a jadis profondément marqué les hommes et les choses au Cameroun.

Common terms and phrases
Adamaoua administrative Afrique agricoles Allemands Arch autochtones avaient Bafang Bafoussam Bamiléké Bamoun besoins c’était Cameroun centres chantiers publics chefs de Région chefs indigènes Code du travail colonat coloniale colons conditions de travail contrôle d’œuvre d’Outre-mer devait Dizangué Douala Dschang économique Edéa effet employés employeurs entreprises Eséka européens exemple exploitations forestières formation professionnelle Foumbot française Générale du Travail gens grève Haut-Nyong Ibid Inspection générale Internationale du Travail Kribi l’administration l’Africain l’autochtone l’employeur l’indigène l’Inspecteur du Travail l’Inspection locales main-d’œu main-d’œuvre manœuvres Mbam ment mesure métropole minières Mungo n’était Nègre Nigéria nistration Nkongsamba nombreux Nyong ouvriers pays plantations planteurs politique populations pouvait pratique prestation problème du travail question du travail Rapport annuel ration réalité recrutement régime Région réglementation rendement reste revendications roun salaires Sanaga-Maritime secteur service situation sociale solution souvent subdivision syndi syndicalisme technique tion traditionnelle travail forcé travail salarié travailleur africain vail village Wouri Yabassi Yaoundé Ydé

La France et les rivalités occidentales au Levant: Syrie-Liban 1918-1939 – Anne-Lucie Chaigne-Oudin

pdf

Les événements qui se déroulent aujourd’hui au MoyenOrient trouvent tous leurs racines dans les décisions prises après l’effondrement de l’Empire ottoman et à l’issue de la Première Guerre mondiale. La destinée du MoyenOrient est ainsi façonnée par les grandes puissances. Dans ce contexte, l’auteur dévoile plus particulièrement comment la Syrie et le Liban sous mandat français deviennent le théâtre des rivalités occidentales pendant l’entredeux guerres. Ces événements éclairent d’un regard nouveau les enjeux du Moyenorient actuel.

Algiers, Third World Capital – Freedom Fighters, Revolutionaries, Black Panthers – Elaine Mokhtefi

pdf

A fascinating portrait of life with the Black Panthers in Algiers: a story of liberation and radical politics
Following the Algerian war for independence and the defeat of France in 1962, Algiers became the liberation capital of the Third World. Here, Elaine Mokhtefi, a young American woman who had become involved in the struggle and worked with leaders of the Algerian Revolution, including Frantz Fanon, found a home. As journalist and translator, she lived among guerillas, revolutionaries, exiles and visionaries, was even present in the groundbreaking The Battle of Algiers.
Mokhtefi crossed paths with some of the era’s brightest stars: Stokely Carmichael, Timothy Leary, Ahmed Ben Bella, Jomo Kenyatta and the Black Panther, Eldridge Cleaver. She was instrumental in the establishment of the International Section of the Black Panther Party in Algiers and was close at hand as the group became involved in intrigue, murder and international hijackings. She traveled for…

Black Power and Palestine: Transnational Countries of Color – Michael R Fischbach

pdf

The 1967 Arab-Israeli War rocketed the question of Israel and Palestine onto the front pages of American newspapers. Black Power activists saw Palestinians as a kindred people of color, waging the same struggle for freedom and justice as themselves. Soon concerns over the Arab-Israeli conflict spread across mainstream black politics and into the heart of the civil rights movement itself.Black Power and Palestineuncovers why so many African Americans–notably Martin Luther King, Jr., Malcolm X, and Muhammad Ali, among others–came to support the Palestinians or felt the need to respond to those who did.

Americans first heard pro-Palestinian sentiments in public through the black freedom struggle of the 1960s and 1970s. Michael R. Fischbach uncovers this hidden history of the Arab-Israeli conflict’s role in African American activism and the ways that distant struggle shaped the domestic fight for racial equality. Black Power’s transnational connections between African Americans and Palestinians deeply affected U.S. black politics, animating black visions of identity well into the late 1970s.Black Power and Palestineallows those black voices to be heard again today.

In chronicling this story, Fischbach reveals much about how American peoples of color create political strategies, a sense of self, and a place within U.S. and global communities. The shadow cast by events of the 1960s and 1970s continues to affect the United States in deep, structural ways. This is the first book to explore how conflict in the Middle East shaped the American civil rights movement.

Colporteurs du Komintern: L’Union soviétique et les minorités au Moyen-Orient – Taline Ter Minassian

pdf

Ce livre éclaire un aspect particulier de l’histoire des relations internationales au XXe siècle. Au-delà des aspects officiels de la diplomatie soviétique au Moyen-Orient, il met en évidence phénomène sous-jacent de la politique de l’URSS dans cette région jusqu’à la fin de la seconde guerre mondiale : l’instrumentalisation des minorités. Cette tactique conduite dans un objectif de déstabilisation, voire de pénétration, fut particulièrement nette en Iran, pays limitrophe et multi-ethnique où le soutien soviétique aux mouvements autonomistes en Azerbaïdjan et au Kurdistan contribua, en 1946, aux premiers frissons de la guerre froide. Menée par des acteurs enthousiastes, souvent sincères, juifs, Arméniens ou autres minoritaires dévoués à la diffusion de l’expérience soviétique, cette ” micro-diplomatie ” épouse les méandres de destinées singulières, romanesques, parfois tragiques dont ce livre restitue les parcours. La structure multinationale de l’Union soviétique a permis, selon les lieux et les époques, d’improviser puis de mobiliser, de manière plus ou moins efficace, des réseaux minoritaires en Iran, en Syrie, au Liban, en Palestine et en Égypte. À l’instar des puissances européennes entre les deux guerres, l’URSS a expérimenté dans cet Orient, géographiquement ” proche “, diverses politiques à l’égard des minorités, ce qui s’inscrit dans une certaine continuité avec le passé russe et traduit, quelques décennies avant les interventions de l’URSS dans le Tiers Monde, la réalité de l’impérialisme soviétique.

 

The Russian Revolution – A View From The Third World – Walter Rodney

epub

A never-before-published book by the Pan-Africanist and socialist scholar and revolutionary
In his short life, the Guyanese intellectual Walter Rodney emerged as one of the leading revolutionary thinkers of the Black Sixties. Earning his PhD in 1966 at the age of 24 and publishing his influential history, How Europe Underdeveloped Africa, at 30, Rodney became a leading force of dissent throughout the Caribbean and a lightning rod of controversy. The 1958 Rodney Riots erupted in Jamaica when he was prevented from returning to his teaching post at the University of the West Indies. In 1980, Rodney was assassinated in Guyana, reportedly at the behest of the government.
In the mid-’70s, Rodney taught a course on the Russian Revolution at the Universtiy of Dar es Salaam in Tanzania. A Pan-Africanist and Marxist, Rodney sought to make sense of the reverberations of the October Revolution in a decolonizing world marked by Third World revolutionary movements. He intended to…

How Europe Underdeveloped Africa – Walter Rodney

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/0/03/How_Europe_Underdeveloped_Africa%2C_front_cover%2C_revised_edition%2C_1981.jpg pdf

How Europe Underdeveloped Africa is a 1972 book written by Walter Rodney that takes the view that Africa was deliberately exploited and underdeveloped by European colonial regimes. One of his main arguments throughout the book is that Africa developed Europe at the same rate as Europe underdeveloped Africa.

Rodney argues that a combination of power politics and economic exploitation of Africa by Europeans led to the poor state of African political and economic development evident in the late 20th century. Though, he did not intend “to remove the ultimate responsibility for development from the shoulders of Africans… [He believes that] every African has a responsibility to understand the [capitalist] system and work for its overthrow.”

This book is one of the most acclaimed books written in the 20th century about African development and post-colonial theory alongside Frantz Fanon’s The Wretched of the Earth.

 

Le couteau et le poison : l’assassinat politique en Europe, 1400-1800 -Minois, Georges

epub

La longue histoire de l’attentat politique, de ses motivations, de ses répercussions et dans certains cas de son exploitation. Peu à peu intégré à la culture européenne sous le nom de tyrannicide, le crime des représentants de l’Etat acquiert une auréole de respectabilité dans la mesure où il s’inscrit dans un contexte de lutte pour la liberté.

les âmes du peuple noir – W. E. B. Du Bois

<img class=”alignleft wp-image-2351″ src=”http://jugurtha.noblogs.org/files/2018/09/W.-E.-B.-Du-Bois-les-ames-du-peuple-noir-704×1024.jpg” alt=”” width=”300″ height=”437″ /> <a href=”http://jugurtha.noblogs.org/files/2018/09/W.-E.-B.-Du-Bois-les-ames-du-peuple-noir.pdf”>pdf</a>

<a href=”http://jugurtha.noblogs.org/files/2018/09/W.-E.-B.-Du-Bois-les-ames-du-peuple-noir.zip”>epub</a>

« Le problème du XX<sup>e </sup>siècle est le problème de la ligne de partage des couleurs. » Telle est l’intuition fondamentale de Du Bois dans <i>Les Âmes du peuple noir</i>, œuvre majeure de la littérature nord-américaine. Dans ce recueil d’essais publié en 1903, Du Bois évoque avec une puissance inégalée l’étendue du racisme américain et donne à voir au monde la réalité de l’expérience quotidienne afro-américaine dans l’Amérique de la ségrégation. Cette nouvelle traduction montre, inscrits dans la langue, tous les enjeux philosophiques d’un texte qui se veut également « littéraire ». L’écriture élégante et passionnée de Du Bois tisse les souvenirs autobiographiques et les paraboles épiques avec les analyses historiques et sociologiques, construisant ainsi l’unité culturelle et politique du peuple noir à partir de la multiplicité de ses âmes individuelles. <i>Les Âmes du peuple noir</i> a inspiré l’essentiel de la conscience collective noire et des mouvements en faveur des droits civiques dans les années soixante, et continue d’avoir un retentissement considérable au sein de la communauté afro-américaine et au-dehors.

La romanisation de Dieux. L’interpretation romana en Afrique du Nord sous le Haut-Empire – Alain Cadotte

Résultat de recherche d'images pour "La romanisation de Dieux. L'interprétation romana en Afrique du Nord sous le Haut-Empire - Alain Cadotte"

pdf

epub

Ce gros volume répond à un défi : dresser un bilan des dieux des provinces
d’Afrique qui appartiennent aux deux mondes, romain et indigène, de sorte à évaluer
sous l’angle de la romanisation non pas le registre religieux qui eût inclus les prêtrises,
les fidèles, les cultes, mais le registre divin. Pour remplir son contrat, l’auteur
s’est livré à des dépouillements considérables qu’il transcrit dans le dossier documentaire
qui constitue la 3e partie du livre (p. 427-667). Le volume se compose en effet de
trois ensembles : 11 chapitres, organisés en fonction du dieu indigène présumé être à
l’origine du culte à l’époque romaine, envisagent les dieux et leurs assimilations, ces
dieux étant classés par ordre de leur importance supposée dans le panthéon indigène
(mais à partir de témoignages de l’époque romaine) ; un chapitre de synthèse et
quelques pages de conclusion ; enfin le catalogue et une abondante bibliographie
organisée par thèmes. C’est dire que le livre constituera une référence documentaire.
Il est à regretter que le travail d’édition ne soit pas soigné : les cartes générales aux

la religion romaine archaique – Georges Dumezil

Résultat de recherche d'images pour "la religion romaine archaique - Georges Dumezil"

pdf

epub

Sur quelles bases la religion romaine reposait-elle ? Quelle était à l’origine son organisation ? A quelles influences était-elle soumise ? Et comment a-t-elle évolué ? A travers l’étude des premières divinités romaines, des cultes public et privé, des sacerdoces, des signes des dieux, Georges Dumézil restitue une place prépondérante à la théologie et décrit un système étonnamment riche, articulé, hérité en partie de la préhistoire indo-européenne avec d’intelligentes adaptations, en partie produit par les conditions d’habitat et d’environnement.

L’ISLAM AU SIÈCLE DES LUMIÈRES Image de la civilisation islamique chez les philosophes français du XVIIIe siècle – Sadek NEAIMI

Résultat de recherche d'images pour "L’ISLAM AU SIÈCLE DES LUMIÈRES Image de la civilisation islamique chez les philosophes français du XVIIIe siècle - Sadek NEAIMI"

pdf

epub

 

Cet ouvrage cherche à comprendre les bases intellectuelles de la récéption de la civilisation islamique dans la mentalité occidentale de l’Europe moderne, la philosophie du siècle des lumières étant le fondement intellectuel de l’Occident contemporain. Cette étude permet de saisir dans quelle mesure la réception de la civilisation islamique a permis à l’Occident de se constituer une identité au moment où la pensée européenne rompt avec l’héritage médieval.

Le trauma colonial – Une enquête sur les effets psychiques et politiques contemporains de l’oppression coloniale en Algérie – Karima LAZALI

Résultat de recherche d'images pour "Le trauma colonial - Karima Lazali"

pdf

epub

Psychanalyste, Karima Lazali a mené une singulière enquête sur ce que la colonisation française a fait à la société algérienne, enquête dont elle restitue les résultats dans ce livre étonnant. Car elle a constaté chez ses patient∙e∙s des troubles dont rend mal compte la théorie psychanalytique. Et que seuls les effets profonds du « trauma colonial » permettent de comprendre : plus d’un demi-siècle après l’indépendance, les subjectivités continuent à se débattre dans des blancs de mémoire et de parole, en Algérie comme en France.
Elle montre ce que ces « blancs » doivent à l’extrême violence de la colonisation : exterminations de masse dont la mémoire enfouie n’a jamais disparu, falsifications des généalogies à la fin du XIXe siècle, sentiment massif que les individus sont réduits à des corps sans nom… La « colonialité » fut une machine à produire des effacements mémoriels allant jusqu’à falsifier le sens de l’histoire. Et en cherchant à détruire l’univers symbolique de l’« indigène », elle a notamment mis à mal la fonction paternelle : « Leurs colonisateurs ont changé les Algériens en fils de personne » (Mohammed Dib). Mais cet impossible à refouler ressurgit inlassablement. Et c’est l’une des clés, explique l’auteure, de la permanence du « fratricide » dans l’espace politique algérien : les fils frappés d’illégitimité mènent entre frères une guerre terrible, comme l’illustrent le conflit tragique FLN/MNA lors de la guerre d’indépendance ou la guerre intérieure des années 1990, qui fut aussi une terreur d’État.
Une démonstration impressionnante, où l’analyse clinique est constamment étayée par les travaux d’historiens, par les études d’acteurs engagés (comme Frantz Fanon) et, surtout, par une relecture novatrice des œuvres d’écrivains algériens de langue française (Kateb Yacine, Mohammed Dib, Nabile Farès, Mouloud Mammeri…).

nous noirs américains évadés du getto – Melvin Mcnair, Joyce Tillerson George Brown, Jean Mcnair

pdf

Il y a plus de 40 ans, le 31 juillet 1972, cinq militants des droits des Noirs  fuyaient les USA racistes et belliqueux d’une manière spectaculaire : en détournant vers l’étranger, sans violence, un avion des lignes intérieures. Réfugiés à Alger, puis se cachant en France, ils sont restés clandestins jusqu’en mai 1976, date à laquelle quatre d’entre eux seront arrêtés.

Aussitôt les USA font une demande d’extradition pour ce détournement d’avion. George, lui, sera sous la menace d’une 2ème demande d’extradition, portant sur son évasion de prison en 1970, arrêté pour un vol qu’il n’avait pas commis.

Leur Comité de Soutien s’active pour que la France refuse les extraditions. Et la France ne cède pas à la pression américaine.  Mais, selon les accords internationaux, elle les traduit en justice. Les « évadés » sont emprisonnés à Fleury-Mérogis. Le procès a lieu en novembre 1978 et la Cour reconnaît les motivations politiques des « Quatre de Fleury »

La violence nazie Une généalogie européenne – Enzo Traverso

Résultat de recherche d'images pour "La violence nazie Une généalogie européenne - Enzo Traverso"

pdf

epub

Comment le nazisme, loin d’être un phénomène allemand isolé, plonge ses racines dans le XIXesiècle, dans le darwinisme social, dans les massacres des conquêtes coloniales, dans le fordisme et dans les champs de bataille de la guerre de 1914.
Enzo Traverso ne cherche pas à mettre au jour les « causes » du national-socialisme, selon une « hantise des origines », qui constituait selon Marc Bloch, la maladie des historiens. Il trace les lignes d’un contexte de civilisation dans lequel s’inscrivent le régime national-socialiste et ses crimes, des lignes qui en deviennent, rétrospectivement, les prémisses techniques, idéologiques et culturelles.

Extraits :

Les lois nazies de Nuremberg (…) avaient déjà été envisagées par l’ensemble des puissance coloniales comme des mesures normales et naturelles à l’égard du monde non européen

Les dispositifs de déportation, les mesures de déshumanisation et les projets d’extermination raciale mis en œuvre par l’Allemagne de Hitle…r recouvrent des idées anciennes, bien ancrées dans l’histoire de l’impérialisme occidental.

L’idée que la civilisation implique la conquête et l’extermination des « races inférieures » ou « nuisibles », la conception instrumentale de la technique comme moyen d’élimination organisées de l’ennemi n’ont pas été inventées par le nazisme, elles constituaient un « habitus mental » de l’Europe depuis le XIXe siècle et l’avènement de la société industrielle.

la naissance du maquis sud cameroun – Achile Membe

pdf

Cet ouvrage s’efforce de traquer les formes publiques de résistance dans le Cameroun de la première moitié du XXème siècle. Il montre comment, par le biais de pratiques multiformes allant de la soumission à la négociation en passant par l’indiscipline et la lutte armée, les Africains se constituèrent à la fois comme sujets exerçant et subissant des relations de pouvoir et comme agents moraux de leurs actions.

la longue guerre des nègres marrons de cuba – Alain Yacou

pdf

epub

Comme dans toute l’Amérique des plantations où le nègre fut l’indigène de substitution, le grand marronnage a représenté une réalité importante. A Cuba, les esclaves fugitifs se retranchaient sur les hauteurs boisées à l’Est, dans la Sierra Maestra, ou bien dans la forêt vierge qui s’étend aux côtes d’Ouest en partie envahies par les mangles ou encore dans le plat pays du Centre, parsemé de mornes considérables.
Le choc entre la société esclavagiste et la société marronne s’explique d’abord par le fait que Cuba ait cherché à se substituer à l’opulente colonie française de Saint-Domingue ruinée par la révolution nègre d’Haïti en 1802-1804. Au-delà des représentatios de la dissidence majeure que fut le grand marronnage, distincte des rébellions d’esclaves et des conspirations des libres de couleur, cet ouvrage s’attache aux causes et aux conséquences de cette singulière “insurgence”, à savoir la conquête d’une liberté dans les bois, une liberté acquise et non octroyée.
La guerre des marrons a bien eu lieu à Cuba au cours de la première moitié du XIXe siècle entre 1815 et 1852, sur toute l’étendue de la grande île où sévissait l’économie de plantation.

Trotsky Staline manque – Willy Huhn

pdf

epub

Il ne s’agit naturellement pas d’une comparaison des traits de caractère de ces deux personnages essentiels de la révolution de 1917. Willy Huhn, socialiste de gauche allemand (1909–1970), examine, dans trois articles écrits en 1951 et 1952, l’évolution des positions politiques de Trotsky sous trois aspects :

– Les relations entre le parti et les Soviets, et plus largement la question de l’autonomie des producteurs, en particulier à travers les débats de 1920 et 1921.

– Le qualificatif d’« État ouvrier » que Trotsky n’a cessé d’accorder à l’État soviétique, y compris en 1939 après l’invasion de la Pologne, et la lumière qu’elle jette sur la conception qu’avait Trotski de la construction du socialisme.

– Son « bonapartisme », c’est-à-dire les politiques centralisatrices et autoritaires qu’il a prônées et parfois pu mettre en œuvre entre 1918 et 1923, et en particulier la nécessité de la militarisation du travail qu’il affirmait encore après la fin de la guerre civile.

Ces textes sont précédés par Stalinisme et bolchevisme, un article de Paul Mattick paru en 1947 à l’occasion de la publication aux États-Unis du Staline de Trotsky. Dans sa postface, Daniel Saint-James analyse comment à partir du discours de Trotsky lui-même se sont construits une mythologie et un culte, avec pour conséquence, chez ceux qui se proclament ses héritiers, des comportements sectaires.

Histoire de Saint-Domingue – Haïti – François Blancpain

https://www.ibisrouge.fr/system/books/covers/small/9782375205136.jpg?1457094853

 

epub

 

François Blancpain, né en 1933, a fait toute sa carrière professionnelle dans les services financiers d’une grande société européenne de construc- tions aéronautiques, après des études de droit et d’administration publique. C’est par ses relations familiales qu’il a été amené à s’intéresser à l’histoire d’Haïti.

Dans cet ouvrage, l’auteur propose l’étude de diverses périodes d’Haïti qui n’avaient pas encore attiré suffisamment la curiosité des historiens, telles que l’action du commissaire de la République, Etienne de Polverel, pour l’organisation de l’abolition de l’esclavage, les relations avec Saint- Domingue, la voisine de culture espagnole, et le lancinant problème de la négociation du tracé de la frontière entre les deux pays. Il révise également les a priori concernant la période de l’occupation américaine grâce à un fond d’archives de famille et tente enfin, de démontrer d’où provient la misère du peuple haïtien qui ne mérite pas le sort qui lui est infligé…

L’ensemble des travaux, accompagné des études de nombreux, et souvent excellents historiens haïtiens, français et américains, constitue le fondement de cette histoire de Saint-Domingue– Haïti.

Guerre sainte martyre et terreur. Les formes chrétiennes de la violence en Occident – Philippe Buc

https://images-na.ssl-images-amazon.com/images/I/71xM7HAneuL.jpg

pdf

epub

 

Philippe Buc examine dans ce livre comment la théologie chrétienne a façonné des siècles de conflits, depuis la première guerre judéo-romaine (66) jusqu’à l’invasion de l’Irak (2003), en passant par la première croisade (1096) ou la Révolution française. Même dans les sociétés sécularisées ou explicitement non chrétiennes, comme l’Union soviétique stalinienne, les formes qu’ont prises de nombreux séismes politiques (guerres civiles, purges, déportations, terrorisme, etc.) sont selon lui en grande partie explicables par le christianisme et les très anciens concepts religieux qui influencent la façon dont la violence est perçue et perpétrée.
Ce que veut comprendre Philippe Buc c’est non seulement la logique par laquelle une personne saine d’esprit est amenée à tuer ou mourir pour un principe, mais aussi les raisonnements qui légitiment l’imposition de la liberté par la contrainte ou le pardon des atrocités de la guerre. Analysant l’idéologie américaine contemporaine de la guerre, qui place la violence sous l’empire d’idées abstraites, comme la liberté ou la paix mondiale, il met au jour son profond enracinement dans l’Écriture sainte.
Fruit de quinze années de recherches d’une ampleur peu commune, Guerre sainte, martyre et terreur montre combien les pieux idéaux de sacrifice, de pureté et de rédemption n’ont cessé de donner sens à la violence, depuis les premiers siècles chrétiens jusqu’aux temps inquiets que nous vivons.

Economie politique de l’esclavage – Eugene D. Genovese

pdf

epub

Genovese passe en revue tous les aspects de la vie de la communauté servile, avec un grand luxe de détails précis, concrets et, pour une grande parti inédits. Il commence avec la famille et son insertion dans la plantation, les relations entre maîtres et esclaves, la place et le sort des enfants. Il continue avec un long sur le rôle de la religion dans la vie quotidienne des esclaves et le des chants religieux. Puis il passe aux conditions de travail et à la vie nourriture, logement, vêtements. Dans une dernière partie sont étudiés aspects plus politiques, les révoltes, les tentatives de fuite, la résistance contre les maîtres….

Être esclave Afrique-Amérique – Catherine COQUERY-VIDROVITCH, Éric MESNARD

http://extranet.editis.com/it-yonixweb/IMAGES/DEC/P3/9782707174093.jpg

pdf

epub

En Afrique, aux Antilles et sur le continent américain, les esclaves ont été des acteurs majeurs et pourtant largement mésestimés de l’histoire de l’esclavage. À rebours de l’historiographie dominante, ce livre, qui repose notamment sur les nombreux récits de vie qu’ils ont écrits ou transmis, s’attache ainsi à montrer qu’ils ont contribué à l’évolution culturelle et sociale des côtes et de l’arrière pays africains, à la création de nouvelles sociétés métissées aux Amériques, ou à l’invention de formes de résistance dont la révolution haïtienne marqua le sommet.
Il décrit également des épisodes peu connus : le développement, après la « découverte » du Brésil en 1500, de la traite « en droiture » dans l’Atlantique sud, phénomène qui concerna presque la moitié des esclaves déportés ; ou encore la généralisation de l’esclavage interne précolonial dans les sociétés africaines au XIXe siècle, alors même que, paradoxalement, le processus des abolitions l’emportait dans les Amériques.
En restituant l’intensité des échanges noués entre l’Afrique et les Amériques, notamment du point de vue des esclaves, et sans négliger le rôle qu’y ont tenu les Européens, Être esclave offre une synthèse particulièrement efficace des apports les plus récents de l’historiographie internationale sur l’esclavage.

Détrôner le sultan Deux conjurations à l’époque des réformes ottomanes Kuleli (1859) et Meslek (1867) – Burak Omaran

http://www.peeters-leuven.be/img/9789042925441.gif

pdf

epub

Ce livre a pour objet l’étude de deux conjurations (Kuleli en 1859 et Meslek en 1867), fomentées dans le capitale de l’Empire ottoman, Istanbul, et révélées au moment où les conjurés s’apprêtaient à passer à l’action en vue de détrôner le sultan – premières tentatives de détrônement depuis la suppression en 1826 des janissaires, qui étaient auparavant les principaux «défaiseurs» de sultans.
Cet ouvrage analyse ce nouveau type de révoltes et de révoltés qui ont envisagé de «défaire» le sultan ottoman. Il s’attache à réécrire l’histoire de ces deux conjurations, à examiner leur structure, leur fonctionnement et leurs stratégies, tout en éclairant les motivations, les revendications politiques et les profils sociaux des conjurés. Il s’interroge sur les spécifités de ces deux tentatives dans le contexte des transformations sociales et politiques des années 1850 et 1860, et contribue ainsi à une mailleure compréhension des changements de l’espace politique ottoman à cette époque.
Quelle était la place des «sujets» et du sultan dans la structure du pouvoir politique durant les premières décennies des Tanzimat, alors que les mentalités et les «techniques» de gouvernement de l’administration centrale étaient en train d’être reformulées et que l’opinion publique devenait un acteur politique de plus en plus influent? Telle est la question fondamentale qui est abordée tout au long de ce livre.

Histoire des mouvements sociaux en France – Michel PIGENET, Danielle TARTAKOWSKY

pdf

epub

Cet ouvrage vient à son heure combler une lacune et relever un défi. Après que l’évanouissement des horizons d’attentes a disqualifié les grands récits qui, jadis, prétendaient donner un sens aux mobilisations collectives, il semble désormais possible et nécessaire d’en entreprendre l’histoire hexagonale. Possible, car les travaux existent qui permettent d’en renouveler l’approche comme d’en explorer des aspects inédits. Nécessaire, parce que, de nouveau, la question sociale, mondialisée dans ses causes et ses manifestations, revient en force sur le devant de la scène publique, en quête d’interprétations, de relais, de connexions et de solutions.
L’histoire développée ici s’attache, du XIXe siècle à nos jours, à tous les types de mouvements sociaux – révolutions, rébellions, émeutes, grèves, campagnes électorales, pétitions, etc. – et quels qu’en soient les acteurs – ouvriers, paysans, jeunes, catholiques, minorités sexuelles, etc. Centrée sur la France, elle n’en ignore pas les interactions coloniales et internationales. Attentive à cerner l’articulation du social avec le politique, le culturel, l’idéologique et le religieux, elle entend réintégrer les mobilisations collectives dans une histoire globale dont elles furent et demeurent des moments essentiels.
En partenariat avec Le Mouvement social.

DURRUTI dans le labyrinthe – Miguel Amorôs

epub

pdf

Dans ce petit livre bien rempli, l’auteur  suit pas à pas en Aragon puis à Madrid l’action de l’anarchiste Buenaventura Durruti et celle des miliciens de sa colonne durant le bref été de l’anarchie (de juillet à novembre 1936). Il met en évidence comment la perspective révolutionnaire qui était en jeu dès le départ de la colonne vers Saragosse a été communément éclipsée par la mort de Durruti et par ce que l’on a appellé les funérailles de l’utopie. Car à partir de là, la personnalité et la démarche de cet homme d’action seront transfigurées par les impératifs de ce que Miguel Amorós nomme la politique extérieure de la CNT. Durruti n’est plus qu’un héros mort au champ d’honneur de la politique collaborationniste de la Confédération envers l’Etat républicain.

A partir de données éparses et pour certaines inédites , ce travail minutieux donne à voir comment Durruti s’engagea dès la fin juillet 1936 dans un labyrinthe complexe où les questions logistiques d’un front improvisé furent contrariées par les intrigues contre-révolutionnaires, elles-mêmes favorisées par les intérêts divergents des dirigeants anarchistes. Après que Durruti eut fini ses jours dans le piège madrilène, la marche forcée dans le même labyrinthe va épuiser et exaspérer des milliers de libertaires espagnols et internationaux engagés corps et âme dans la révolution et résistant à la militarisation des milices sur le front d’Aragon. Et quand la stratégie visant à séparer et contenir le processus révolutionnaire qui accompagnait encore parfois la résistance des miliciens butera sur les barricades des insurgés de mai 1937, la CNT mettra tout son prestige dans la balance pour convaincre sa base que la seule voie sans issue est maintenant, en somme, la révolution. Désormais, comme l’avait douloureusement pressenti Camillo Berneri, entre Burgos et Madrid, il n’y aura plus que Moscou…

de l’oncle tom au panthères noires – daniel guerin

pdf

epub

Abraham Lincoln signant l’abolition de l’esclavage ; le Ku Klux Klan, les lynchages ; Rosa Parks refusant de céder sa place à un blanc dans un bus à Montgomery ; Martin Luther King devant une foule énorme à Washington ; l’assassinat de militants de la cause noire, comme Malcom X ou Martin Luther King ; les athlètes noirs à Mexico levant leur poing ganté de noir sur le podium olympique, innombrables sont les images évoquant la condition des Noirs aux États-Unis et leurs luttes. La présence des Noirs sur le sol américain est quasiment aussi ancienne que celle des premiers colons, et le combat pour leur émancipation fait partie intégrante de l’histoire des États-Unis d’Amérique. La grande démocratie américaine, celle qui proclamait vouloir « assurer les bienfaits de la liberté » à tous, avait refusé d’inscrire dans sa première Constitution, l’abolition de l’esclavage, largement pratiqué dans les Etats du sud. Cet ouvrage raconte la longue histoire des dizaines de millions de Noirs pendant plus de trois siècles, de leur exploitation féroce, mais surtout de leurs révoltes, de leurs tentatives pour se défendre, pour s’organiser. C’est un livre d’histoire engagé. Mais c’est également un précieux témoignage de ce qu’étaient encore les conditions de vie de la population noire dans la seconde moitié du XXème siècle, profondément marquées par l’héritage de l’esclavage, la ségrégation légalisée et le racisme. Daniel Guérin, militant communiste libertaire et écrivain, a publié de nombreux ouvrages témoignant de son engagement, de son histoire de la Révolution française à la dénonciation des méfaits du colonialisme, de la montée ouvrière de Juin 36 à la naissance du fascisme allemand, ainsi que plusieurs livres sur l’anarchisme. Pour pouvoir écrire son ouvrage sur les États-Unis, Daniel Guérin y séjourna pendant deux années entières, en 1947 et 1948, avant que les autorités américaines lui refusent son visa. Il en ramena un ouvrage Où va le Peuple américain, qu’il ne cessa d’enrichir en y ajoutant de nouveaux éléments. De l’oncle Tom aux Panthères Noires, tout entier consacré au mouvement noir, a été édité en 1973, et n’était plus disponible depuis longtemps.

Decolonisations au XXe siecle la fin desd empires européens et japonais – Pierre BROCHEUX

pdf

epub

« Tout empire périra » , Jean-Baptiste Duroselle
La guerre est à l’origine des empires, elle est également la cause principale de leur chute. La défaite de 1914-1918 a fait disparaître les empires « monarchiques » (austro-hongrois, russe, ottoman). Les empires coloniaux ont été effacés de la carte du globe à partir de 1945 : les uns à cause de leur défaite (Japon, Italie), les autres en dépit de leur victoire (Royaume- Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande, France, Pays-Bas).
Ce livre illustre une autre remarque de J.-B. Duroselle, « il n’y a pas d’histoire sans événements » ; il est un récit d’événements où les auteurs essaient d’en cerner les causes, de lier les facteurs et acteurs en faisceaux dynamiques et en établissant des liens voire des interactions entre eux. La déconstruction des grands empires coloniaux édifiés outre-mer en plus d’un siècle s’est achevée en une trentaine d’années, le temps d’une génération d’hommes et de femmes.
Cette histoire est déployée dans quatre théâtres géostratégiques : l’Asie orientale et méridionale, le monde méditerranéen méridional et oriental, l’Afrique subsaharienne et orientale et le monde du Pacifique. Aux quatre aires ainsi délimitées correspondent, grosso modo, quatre temporalités qui se succèdent de 1945 à 1990.

Decadence romaine ou antiquite – Henri-Irenee Marrou

pdf

epub

 

Décadence romaine ou Antiquité tardive ?

Pour décrire les derniers siècles de l’Empire romain, Henri-Irénée Marrou oppose à l’idée de décadence celle, largement positive, d’Antiquité tardive. C’est en effet au cours de cette période que l’Europe lègue aux générations futures nombre des institutions sur lesquelles repose encore son histoire.Dans ce petit livre posthume, l’auteur a magistralement résumé ses longues années de recherche et de découvertes. Il propose une réflexion générale sur le passage de la Grèce classique à l’Europe moderne, en abordant des thèmes aussi divers que le rapport entre l’art païen et l’art chrétien, la grandeur de Byzance, le processus de christianisation.

Henri-Irénée Marrou (1904-1977)

Un des grands historiens de l’Antiquité tardive, spécialiste d’Augustin et de l’augustinisme, qui fut aussi critique musical sous le nom d’Henri Davenson. Il a notamment publié, au Seuil, L’Église de l’Antiquité tardive (1985) et Saint Augustin et l’augustinisme (“Points Sagesses”, 2003).

Contribution à une histoire et une anthropologie du rêve en Anatolie ancienne – Alice Mouton

epub

pdf

This volume deals with the ancient Anatolian textual evidence on dreams. The book starts with a study of the evidence from different perspectives. The second and third parts are of special interest for anthropologists and historians of religion, as they focus on the various shapes and functions allotted to dreams in Hittite Anatolia. The fourth part assembles the Hittite cuneiform texts in which a dream is either described or mentioned. The texts are given in transliteration and translation, with relevant bibliography.
This study makes a significant contribution to our understanding of dream conception in the ancient Near East by providing a systematic edition and analysis of the Hittite testimonies.

Congo, Une Histoire – David van Reybrouck

pdf

epub

De la préhistoire aux premiers chasseurs d’esclaves, du voyage de Stanley missionné par Léopold II à la décolonisation, de l’arrivée de Mobutu puis de Kabila à l’implantation industrielle d’une importante communauté chinoise, ce livre retrace, analyse, conte et raconte quatrevingt- dix mille ans d’histoire : l’histoire du Congo, cet immense territoire africain au destin violenté.
Pour comprendre ce pays, un écrivain voyageur, historien et journaliste est allé à la rencontre du peuple du Congo. A travers de multiples séjours son regard s’est aiguisé, son empathie s’est affirmée, son incessante curiosité lui a permis de saisir, de consigner dans ses carnets souvenirs et propos inédits au rythme d’une enquête basée sur plus de cinq mille documents. Ainsi a-t-il composé ce livre événement traduit dans une demi-douzaine de langues, cet essai total devenu aux Pays-Bas un véritable best-seller de l’histoire contemporaine.

pdf

epub

Notre étude a pour objectif d’estimer la place du trafic du coton dans l’ensemble du commerce en Méditerranée à la fin du Moyen Age et d’évaluer les effets de ce trafic sur l’économie de l’Occident. Pour cela, notre attention se porte inévitablement vers les grandes puissances maritimes, en tout premier Venise et Gênes, et dans une moindre mesure Barcelone, villes dont la suprématie dans la possession de navires leur permit de monopoliser le commerce du coton à cette époque. L’analyse des documents des archives italiennes et catalanes, ainsi que la lecture des recherches déjà effectuées, nous permet d’apercevoir plusieurs aspects du commerce du coton. Les marchands occidentaux s’approvisionnaient de plus en plus en matière première d’origine syrienne et turque à la fin du Moyen Age, même si la culture était effectuée dans diverses régions bordant la Méditerranée : l’Egypte, la Syrie, Chypre, la Turquie, la Romanie, la Sicile, l’Italie du Sud et l’Afrique du Nord. Cet éloignement des zones de production principales nécessitait une infrastructure de transport, dont l’importance était plus évidente pour le coton, marchandise volumineuse et de moindre valeur, ce qui impliquait des frais de transport élevés, en comparaison avec d’autres produits. Par conséquent, les grandes puissances maritimes, Venise, Gênes et Barcelone, établissaient ou consolidaient leurs positions monopolistiques sur certaines routes, grâce à leurs forces navales absolues. De plus, plusieurs innovations navales permirent d’accroître le trafic du coton. Notamment l’adoption des coques, leur capacité croissante de chargement et la diminution des frais de transport, rendirent possible le transport massif. La fourniture massive en matière première par les marchands de ces grandes villes maritimes provoqua la fabrication massive des tissus cotonniers à bas prix, qui devinrent enfin accessibles aux couches sociales inférieures.

Atlas des esclavages – Marcel Dorigny Bernard Gainot

  pdf

epub

L’histoire des esclavages, de l’Antiquité jusqu’à nos jours, en 150 cartes et infographies.

• L’esclavage antique, arabe, africain et médiéval avant le XVe siècle
• La traite des Noirs et le commerce triangulaire, stimulés par la mondialisation des échanges
• Les sociétés esclavagistes au Brésil, aux États-Unis, à Cuba, dans l’Amérique espagnole
• Les mouvements abolitionnistes et les débats qu’ils ont engendrés
• La permanence de l’esclavage et la complexité de ses mémoires.

La quatrième édition de cet atlas présente une synthèse des connaissances historiques sur les pratiques et les sociétés esclavagistes, sur les mouvements abolitionnistes et la question des mémoires.

El Djazaïr – Omar, L. Garcia, F.H. Cava, A. Ussero

  pdf

El Djazaïr est un pavé dans le marigot où le triste cortège de ceux qui sont passés du col Mao au Rotary nous somment de les rejoindre. El Djazaïr s’offre volontiers à la colère de qui le descelle, il est la fortune du sans-grade, la providence du prolétaire, la politesse du colonisé. À l’heure où l’on disserte, avec un aplomb sans pareil, à propos de la violence de l’insurrection algérienne emportant tout sur son passage tel un fleuve sorti de son lit. Il nous rappelle que la première violence fut celle des rives qui l’enserraient. Et de cette violence coloniale, ceux qui se prélassent dans le marigot ont à coeur de taire la cruauté ordinaire et l’insondable cupidité. Notre pavé El Djazaïr est une oeuvre minérale. Elle affleure des soubassements, du temps long. 34 ans après sa publication en espagnol, son trait ne s’est pas émoussé. Le dessin de Luis Garcia en conserve intact le tranchant. Il cisèle une fresque sans pareille de ce que fut la longue nuit coloniale pour le peuple algérien. Ainsi El Djazaïr est aussi un moucharabieh de carbone où poser nos cils et voir pour apprendre ou se remémorer. Omar et Cava lui prêtent propos et plume, érudit et sans apprêts, économe et précise. Ils servent au mieux ce qui fut le dessein qui présida à leur oeuvre commune : faire entendre aux générations d’après l’indépendance ce que furent 124 ans de barbarie… Et 124 années de luttes pour se défaire du joug de la France. Jusqu’à ce 1er novembre 1954 où s’initia l’assaut final… Qu’ El Djazaïr vous soit utile à vivre et à bâtir de beaux lendemains.

Chronique d’Abou-Djafar Mohamme – al-Tabari

epub

Chronique de Tabari, histoire des prophètes et des rois (Arabe: تاريخ الرسل والملوك Tarikh al-Rusul wa al-Muluk) relate l’histoire du monde depuis la création jusqu’à la naissance de Mahomet, puis l’histoire du monde musulman pendant les trois premiers siècles de l’hégire.

L’auteur, At-tabari, rapporte les évènements avec leur isnâd (chaîne de transmission) laissant aux savants postérieurs le soin de distinguer les récits authentiques des récits forgés : les faits et les légendes sont traités à égalité1.

Cet ouvrage, rédigé en arabe, fut traduit en persan vers 963 (soit 40 ans après la mort de l’auteur) par le savant samanide Abou-Ali Mohammed Belami (en), fils de Muhammed, fils d’Abd-Allah, d’après les manuscrits de la Bibliothèque du Roi. C’est une version « abrégée », où les références, répétitions, et citations des sources ont été supprimées. Cette version fut par la suite traduite en turc.

Les sunnites accusent Al Bal’ami d’avoir modifié des récits à des fins de propagande chiite.

Par la suite, ce sera au tour des chiites et des historiens d’accuser avec de solides arguments Hermann Zotenberg de falsification du texte.

La première traduction française de la Chronique de Tabari fut l’œuvre de Louis Dubeux en 1836 et est parue sous le titre: Chronique d’Abou-Djafar Mohammed Tabari, fils de Djarir, fils d’Yezid, traduite sur la version persane d’Al Bal’ami. Par la suite, l’orientaliste Hermann Zotenberg en fit une version plus aboutie, laquelle parut en 1867-74 (4 vol.). Bien qu’« abrégée » elle représente environ 1 500 pages imprimées.

Figures de la révolte: L’amérique Latine en rebellion (XVI – XX siècles) – Nicolas Pinet

Figures de la révolte Coyoacán pdf

epub

Contre une vision du passé latino-américain ne retenant que les grands faits et dates d’une histoire présentée comme linéaire et sans aspérités — une «histoire des vainqueurs» —, Figures de la révolte propose de faire retour sur les moments d’achoppement et de vacillation des pouvoirs en place, sur les révoltes qui en ont fait trembler les fondations, de l’époque coloniale à nos jours.
Des luttes des communautés d’esclaves noirs en fuite contre la Couronne espagnole (Panamá, 16e siècle) aux pillages des demeures des principales personnalités politiques de Santiago del Estero (Argentine, 1993), jugées responsables de la crise en cours ; du soulèvement de Túpac Amaru au Pérou (1780-1781) aux Bogotazo (1948), Cordobazo (1969) et Caracazo (1989), cet ouvrage collectif offre la première approche précise et documentée d’une série de révoltes et d’émeutes de groupes subalternes se soulevant contre les injustices subies.

Figures de la révolte intéressera tout spécialement les lecteurs et lectrices curieux du passé et présent de l’Amérique latine et désirant aller au-delà des approches souvent superficielles et parfois caricaturales fréquemment proposées par les grands médias. L’ouvrage intéressera aussi toutes celles et ceux que l’actualité des révoltes urbaines, en France (2005), en Angleterre (2011), dans le monde arabe (2010-) et au-delà, pousse à prendre du recul pour tenter de mieux saisir les dynamiques en jeu, en s’appuyant sur l’analyse de cas précis et documentés. Quand bien même chaque événement est à la fois extraordinaire et singulier, leur mise en miroir fait apparaître nombre de points communs, éléments d’une grammaire provisoire et fragmentaire de la révolte. Si, à la différence d’Haïti (1791-1804), les révoltes présentées dans cet ouvrage n’ont pas fait basculer l’histoire, elles ouvrent, de manière temporaire, des espaces-temps autres, une brèche dans le système des pouvoirs en place où se déploient des expériences de liberté originales..

 

Plantes médicinales et médecine traditionnelle d’Afrique – Abayomi SOFOWORA

pdf

epub

Depuis la préhistoire, l’être humain recherche dans son environnement (plantes, animaux, pierres, esprits) de quoi soulager ses maux et traiter ses blessures. La médecine moderne occidentale a rejeté la plupart de ces recours pour développer des médicaments chimiques et une technique de soins sophistiquée. Elle continue cependant d’utiliser certains remèdes à base de plantes médicinales. Une tendance récente conduit même à rechercher dans les plantes de nouveaux produits de substitution pour certaines maladies : cancer, paludisme… Plus de 200 000 espèces végétales sur les 300 000 recensées de nos jours sur l’ensemble de notre planète vivent dans les pays tropicaux d’Afrique et d’ailleurs. L’histoire de la médecine montre l’importance de ces espèces dans les thérapies, toutes les sociétés traditionnelles ayant puisé, pour leurs soins de santé, dans cette pharmacopée végétale d’une très grande richesse. L’auteur, Abayomi Sofowora, met en valeur les avantages et les inconvénients de cette médecine traditionnelle : il examine par exemplae les techniques utilisées et les problèmes de normalisation et de dosage.

Une colère noire, Lettre à mon fils – Ta-Nehisi Coates

Une colère noire : Lettre à mon fils par Coates pdf

epub

“Voilà ce qu’il faut que tu saches : en Amérique, la destruction du corps noir est une tradition, un héritage. Je ne voudrais pas que tu te couches dans un rêve. Je voudrais que tu sois un citoyen de ce monde beau et terrible à la fois, un citoyen conscient. J’ai décidé de ne rien te cacher”. Dans cette lettre adressée à son fils de 15 ans, Ta-Nehisi Coates revient sur la condition de l’homme noir aux Etats-Unis. Une ode à l’humanité, un cri de colère contre ce mal qui gangrène la société américaine depuis des siècles.

Les Radicaux Urbains Et Paysans Dans La Révolution Anglaise (1641-1649) Et Autres Textes – Os Cangaceiros

Les radicaux urbains et paysans dans la révolution anglaise (1641-1649) pdf

epub

A la fin du 16ème siècle, la progression et l’affirmation d’elle-même de la bourgeoisie anglaise avaient déjà transformé visiblement les rapports sociaux existants. Le développement du commerce avait arraché de plus en plus de pauvres aux anciens rapports de sujétion et à l’immobilité. Les pauvres assujettis à la terre étaient toujours aussi misérables, alors que se développait une nouvelle forme de mobilité sociale, elle-même extrêmement précaire, liée au développement du salariat.
Les textes:
 Les radicaux, urbains et paysans, dans la révolution anglaise (p.3) extrait de la nouvelle édition de  L’Incendie Millénariste 
. En avril 1987, leg roupe Os Cangaceiros publie L’Incendie Millénariste , signé des pseudo-nymes Georges Lapierre et Yves Delhoysie. Pendant ses quelques années d’existence, ce petit groupe clandestin mène diverses actions contre l’institution pénitentiaire (vol de plans et sabotages) ou en solidarité avec desprisonniers, participe à sa manière à plusieurs mouvements sociaux etpublie trois numéros d’une revue du même nom dans laquelle il livre ses analyses sur les évènements qui secouent les années 1980 en France et enEurope. Ses quelques actions le sortent brièvement de l’anonymat et mettent les flics à ses trousses. Les distributeurs refusent alors de prendre L’Incendie Millénariste dans leurs boutiques et les
Cangaceiros se retrouvent avec des stocks sur les bras. La pression policière s’accentuant, ils décident d’abandonner la plupart des bouquins dans quelques lieux publics,laissant à des mains inconnues le soin de leur dispersion, hors de toute logique commerciale.

 

L’Europe est-elle née au Moyen Age? – Jacques Le Goff

pdf

epub

L’Europe contemporaine est une longue histoire qui commence avant la venue du christianisme, et se continue avec son reflux. À l’oeil qui sait voir apparaissent des traces, strates successives de nombreuses mutations, depuis les ruines de l’Empire romain jusqu’aux découvertes du XVIe siècle. L’historien les met au jour, les explore, pour montrer combien l’Europe contemporaine hérite, emprunte, reprend bien des caractères de cette «Europe» médiévale qui n’est pas tout à fait la nôtre, mais représente un moment important dans sa constitution : unité potentielle et diversité fondamentale, métissage des populations, divisions et oppositions Ouest-Est/Sud-Nord, primat unificateur de la culture. De l’échec carolingien à la «belle» Europe des villes et des universités, Jacques Le Goff nous entraîne dans un intense voyage à rebours, dans l’espoir que, comprenant mieux leur provenance, les Européens construisent mieux leur avenir.

Jacques Le Goff (1924-2014)

Spécialiste internationalement renommé du Moyen Âge, héritier de l’École des Annales, il est directeur d’études honoraire à l’École des hautes études en sciences sociales. Il est l’auteur, au Seuil, de Les Intellectuels au Moyen Âge (1967), La Vieille Europe et la nôtre (1994), Héros et Merveilles du Moyen Âge (2005), Le Moyen Âge expliqué aux enfants (2006), et L’Europe expliquée aux jeunes (2007).

Black and red : Les mouvements noirs et la gauche américaine 1850-2010 – Ahmed Shawki

pdf

epub

L’histoire des luttes de libération afro-américaines est bien souvent réduite, en France, à quelques personnages transformés en icônes. Quant à l’histoire de la gauche radicale de ce pays, elle est tout simplement ignorée.
C’est à ce double déficit que s’efforce de répondre cet ouvrage, en évoquant les relations, souvent conflictuelles, entre les mouvements noirs et la gauche révolutionnaire aux États-Unis.
De l’esclavage à la Guerre civile de 1861-1865 et du mouvement pour les droits civiques des années 1960 à la contre-révolution sociale et raciale des années 1980 et 1990, Black and Red dresse un panorama des luttes noires et révolutionnaires qui n’ont cessé, depuis plus d’un siècle, de secouer la superpuissance.

Malcolm X, Martin Luther King, Marcus Garvey, Stokely Carmichael, W. E. B. Du Bois y côtoient John Brown, les mineurs de l’Alabama, les travailleurs noirs de Détroit mais aussi le FBI, le Ku Klux Klan, les milices patronales et toutes les forces qui n’ont eu de cesse d’écraser les mouvements sociaux.

Autonomie ! : Italie, les années 1970 – Marcello Tari

pdf

epub

Dans le numéro de mars 1973 de Rosso, le journal du groupe Gramsci de Milan, les ouvriers des ateliers Mirafori (Fiat) à Turin racontent que ” tout commence le jour où ils font une assemblée sans les bonzes du syndicat “. Les déflés dans les usines vont bientôt se faire avec de jeunes ouvriers à leur tête, le visage masqué par un foulard rouge, qui punissent les chefs, les gardiens, les jaunes et les indics, cassent les machines, sabotent les produits finis. C’est le début d’une période où le langage, les comportements politiques, les formes de vie même sont bouleversés par le mouvement autonome, du nord au sud de l’Italie. L’Autonomie, écrit Tarì, n’est pas le nom d’une organisation : il désigne un communisme ” impur, qui réunit Marx et l’antipsychiatrie, la Commune de Paris et la contre-culture américaine, le dadaïsme et l’insurrectionnalisme, l’opéraïsme et le féminisme “. Et il faudrait toujours se référer aux autonomies, celles des ouvriers, des étudiants, des femmes, des homosexuels, des prisonniers, des enfants, ” de quiconque aurait choisi la voie de la lutte contre le travail et contre l’Etat, de la sécession avec le fantasme de la société civile et de la subversion de la vie ensemble avec d’autres. ” Si le mouvement finit par succomber sous les forces conjuguées de la machine étatique et du Parti communiste, son histoire est celle d’une aventure révolutionnaire dont l’incandescence est plus que jamais actuelle.

Voyage dans vingt ans de guérillas – Gérard Chaliand

Voyage dans vingt ans de guérillas par [Chaliand, Gérard]

pdf

epub

Grand spécialiste contemporain de la guerre révolutionnaire, Gérard Chaliand nous entraîne avec lui du Viêt Nam à l’Angola, de l’Érythrée à l’Afghanistan, de l’Amérique centrale aux Philippines : nous croisons là une génération de guérillas, et réfléchissons sur les engagements que chacun y a pris.

Travail forcé, expropriation et formation du salariat en afrique noire – Hilaire Babassana

Résultat de recherche d'images pour "Travail-force-expropriation afrique noire"

pdf

epub

la France, démocratie occidentale avancée, affirmait et même revendiquait la légitimité d’exercer un pouvoir blanc totalitaire au cœur des ténèbres de l’époque. L’abandon officiel de cette politique n’intervint qu’avec la constitution de 1946 qui créa l’Union française et la nationalité impériale. Le système impliqua en Afrique équatoriale, entre autres, une politique de privatisation de l’exploitation coloniale aux dépens du contrôle effectif de l’État, le renoncement au principe libéral alors dominant dans le monde occidental de la concurrence, la pénurie des investissements, la pratique du travail forcé et de la contrainte. La tolérance aux mauvais traitements résultait dans l’Empire du régime dit de l’Indigénat, qui confondait pour la quasi-totalité des « indigènes » pouvoir exécutif et pouvoir judiciaire entre les mains de l’administration locale.

Sultan Galiev : le père de la révolution tiers mondiste Le père de la révolution tiers mondiste – Alexandre Bennigsen, Chantal Lemercier-Quelquejay

Sultan Galiev

Que veulent les Musulmans révolutionnaires? Alexandre Bennigsen et Chantal Lemercier-Quelquejay, tous deux islamologues et turcologues, ont les premiers redécouvert le rôle-clé joué dans l’émergence de leurs idées par un instituteur et journaliste tatar, Sultan Galiev, des débuts de la révolution d’Octobre à la fin de 1928, date de son élimination par Staline.

Sultan Galiev est le père de la révolution tiers-mondiste, parce qu’il a élaboré la doctrine du ” communisme national musulman “, un socialisme réalisé par les travailleurs musulmans et non imposé par le prolétariat européen, impliquant aussi la décolonisation des territoires occupés par l’ancien empire tsariste.

Si des dirigeants du Tiers-Monde comme Nasser, Ben Bella, Tan Malaka ou Khadafi ont reconnu en lui un précurseur, c’est qu’il fut l’un des inspirateurs de la révolution coloniale qui a embrasé l’Afrique et l’Asie.

Calomnié ou ” oublié ” par l’historiographie soviétique (pour qui il fut un ” Trotsky musulman “) Sultan Galiev, révolté contre tous les impérialismes, est donc un peu le prophète des grandes luttes de libération d’aujourd’hui, de celle des combattants palestiniens à celle des Modjahidins Afghans.

Au coeur de ces luttes, sa vie pose la question fondamentale de la coexistence du marxisme et de l’Islam.

Les auteurs sont tous deux spécialistes de l’Union soviétique et des musulmans en Asie; ancien professeur d’histoire à l’université de Chicago, Alexandre-Bennigsen est directeur d’études à l’E.H.E.S.S. Chantal Lemercier-Quelquejay, turcologue, est maître de conférences à l’E.H.E.S.S. Leurs principaux ouvrages sont Les Mouvements nationaux chez les Musulmans de Russie, L’Islam en Union soviétique, Les Musulmans oubliés.

Des juifs dans la collaboration. L’UGIF, 1941-1944 – Maurice Rajsfus

pdf

epub

Des juifs dans la collaboration est paru en 1980. L’auteur, le journaliste devenu historien Maurice Rajsfus, est né en 1928, de parents juifs polonais, morts en déportation à Auschwitz et Maurice Rajsfus fut lui-même raflé au Vel d’Hiv alors qu’il n’était qu’adolescent (il en réchappa par miracle). L’ouvrage est préfacé par Pierre Vidal-Naquet, historien connu notamment pour ses travaux sur le génocide juif et le négationnisme, qui apporte au livre son indispensable crédit. Le livre, épuisé, n’a été ni réédité ni réimprimé depuis sa sortie.

Des Juifs dans la Collaboration démontre notamment que de nombreux juifs ont participé activement à la déportation de leurs coreligionnaires pendant la guerre et rend caduque l’argument (dominant aujourd’hui) selon lequel l’État français est seul responsable de la déportation des juifs. Cette distinction entre d’un côté les juifs de France, et de l’autre l’Etat français (donc les Français non-juifs), distinction créée par Jacques Chirac le 16 juillet 1995 au Vel d’Hiv, n’a donc pas lieu d’être. Elle se révèle être ce qu’elle est : une nouvelle discrimination raciale, 50 ans après les faits, dans ce même Vélodrome d’Hiver. Avec, faut-il l’ajouter, l’assentiment officiel des représentants de la communauté juive, comme en 1942.
Aussi insupportable que cela puisse paraître, l’UGIF, ancêtre du CRIF (les juifs de France n’étaient pas représentés à l’échelon national auparavant), mis en place par Pétain et les nazis (l’UGIF était en relation directe avec la Gestapo), aida à constituer des listes de juifs à rafler et à déporter. Maurice Rajsfus témoigne autant qu’il relate les faits. Dans la préface, Pierre Vidal-Naquet explique très clairement que c’est parce qu’aucun historien (lui le premier) n’a voulu réaliser ce travail qu’un journaliste l’a entrepris.
Le livre, qui propose une somme impressionnante de documents d’archives, de témoignages et d’analyses, n’a jamais été réédité depuis 1980. Il n’a jamais été débattu dans les médias, par les politiques ou par la communauté juive. Et depuis qu’une bombe a explosé chez l’éditeur, EDI, l’auteur n’a plus jamais parlé de ce livre.

 

Massacres coloniaux 1944-1950 : la IV République et la mise au pas des colonies françaises – Yves BENOT

Massacres coloniaux - Yves BENOT

pdf

epub

Aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale, de Sétif (mai-juin 1945) à Madagascar (1947), d’Haiphong (1946) à la Côte-d’Ivoire (1949-1950) et à Casablanca (1947), l’armée française a massacré des dizaines de milliers d’hommes et de femmes dont le seul tort était de revendiquer pour plus de libertés ou pour l’indépendance. Ce sont ces pages sanglantes de l’histoire de France, méconnues, voire effacées, qu’Yves Benot retrace dans ce livre. Mobilisant l’ensemble des documents disponibles, il montre comment et pourquoi les gouvernements de la IVe République, bien peu soucieux du respect de la légalité républicaine, ont choisi la voie de la répression sauvage pour préserver la cohésion de l’Empire français. Et il analyse aussi les débats auxquels cette politique a donné lieu en France même, en mettant en lumière l’opposition de certains intellectuels, de ceux des clercs qui n’ont pas trahi comme Jean-Paul Sartre ou Paul Ricœur.

Les Arabes, leur destin et le nôtre. Histoire d’une libération – Jean-Pierre FILIU

pdf

epub

Depuis des décennies, l’actualité offre l’image d’un monde arabe sombrant dans la violence et le fanatisme. Comme si une malédiction frappait ces peuples, de l’interminable conflit israélo-palestinien aux guerres d’Irak et de Syrie, en passant par l’essor du jihadisme international.
Jean-Pierre Filiu remonte à l’expédition de Bonaparte en Égypte, en 1798, pour nous offrir une autre histoire des Arabes. Une histoire intimement liée à la nôtre, celle de l’Occident, de l’Europe, de la France. Une histoire faite d’expéditions militaires et de colonisations brutales, de promesses trahies et de manœuvres diplomatiques, une histoire de soutien à des dictatures féroces ou à des régimes obscurantistes, mais tous riches en pétrole.
Cette « histoire commune » qui a fait le malheur des Arabes ne doit pas faire oublier une autre histoire, largement méconnue : une histoire d’émancipation intellectuelle, celle des « Lumières arabes » du XIXe siècle, mais aussi une histoire d’ébullition démocratique et de révoltes sociales, souvent écrasées dans le sang. Autant de tentatives pour se libérer du joug occidental et de l’oppression des despotes, afin de pouvoir, enfin, écrire sa propre histoire.
Sous la plume de Jean-Pierre Filiu, les convulsions du présent se prêtent alors à une autre lecture, remplie d’espoir : dans la tragédie, un nouveau monde arabe est en train de naître sous nos yeux.

Le Beylik de Constantine et Hadj ‘Ahmed Bey (1830-1837) – Temimi Abdeljelil

Résultat de recherche d'images pour "Le beylik de Constantine et Hadj'Ahmed Bey- Abdeljelil Temimi"

pdf

hmed Ben Mohammed Chérif, aussi connu comme Ahmed Bey ou Hadj Ahmed Bey, né en 1786, à Constantine et mort le 30 août 1851, à Alger, est le dernier bey de Constantine dans la régence d’Alger, de 1826 à 18481. Il était le successeur de Mohamed Menamenni Bey ben Khan.

Durant son règne, il est connu pour avoir dirigé, avec la population locale, une résistance farouche contre l’expansion française. En 1837, son territoire a été annexé par la France, qui l’ont rétabli en tant que dirigeant de la région. Il resta à cette position jusqu’en 1848, lorsque la région devint une partie de la colonie d’Alger, et qu’il fit sa réédition.

Sa résistance à l’occupation française inspira les nationalistes et les révolutionnaires algériens.

Un rêve oublié entre Guyane et Brésil : la République de Counani – Odon Abbal

pdf

Dernier refuge du mythe de l’Eldorado, territoire ouvert aux ambitions des aventuriers, aux visions des illuminés, proie des trafiquants de toute espèce, l’espace compris entre l’Oyapock et l’Amazone n’a cessé d’enflammer les imaginations. Un faisceau de circonstances diverses mais convergentes devait faire de ces étendues apparemment sans maître, le lieu de naissance d’un état rêvé, la République de Counani. Entre Paris, Cayenne et Rio elle devait faire couler beaucoup d’encre et engendrer bien des déceptions avant de sombrer dans l’oubli. Que fut Counani ? Un vaudeville ? La vanité manifeste d’Européens en mal de reconnaissance sociale ? Le dernier avatar de la France équinoxiale ? Ou le commencement de l’émergence brésilienne dans la région ? Comme souvent à l’époque, l’intrigue s’est jouée sans que l’avis des autochtones fût sollicité.

La liberté ou la mort : Essai sur la Terreur et le terrorisme – Sophie Wahnich

pdf

epub

Ce livre va à l’encontre d’une représentation de la Terreur qui, depuis Thermidor, en fait un objet de dégoût et de honte dans l’histoire de la Révolution. Ce dégoût ” n’est séparable ni du parallèle construit avec l’histoire des catastrophes politiques du XXe siècle, ni de l’idéalisation du modèle démocratique actuel “. La demande de terreur de l’été 1793 a pour cause l’effroi ressenti par le peuple parisien à la mort de Marat, effroi d’où émerge la détermination de ” mourir pour la liberté ” – la liberté ou la mort. C’est parce que l’Assemblée n’a pas mis en jugement ceux qui ont tiré sur le peuple aux Tuileries le 10 août 1792 que le peuple entre dans les prisons en septembre et reprend le glaive de la loi. Le souvenir de ces massacres hantera les révolutionnaires, soucieux ” d’inventer les formes symboliques qui permettront de contenir l’ardeur “. Ainsi, le tribunal révolutionnaire est-il une manière de mettre des bornes à l’exception souveraine dans sa fonction vengeresse. Et la mise en équivalence morale de l’an II et de septembre 2001, ” non-sens historique et philosophique, est l’effet de ce qu’on pourrait appeler la rémanence rétinienne de l’image de la terreur révolutionnaire “.

La Guerre de Jugurtha – SALLUSTE

pdf

epub

Construit autour de la personnalité de Jugurtha, prince ambitieux, cruel et rusé, mais promis à une fin misérable, le récit de la guerre menée par Rome en Afrique entre 111 et 105 avant J.-C. permet à Salluste de réfléchir aux interactions de la guerre et de la politique intérieure. En effet, ce conflit qui vit s’illustrer Metellus, Marius et Sulla marque aux yeux de l’historien latin le début de la rébellion contre le pouvoir exclusif de la noblesse, véritable préambule aux guerres civiles qui déchireront le dernier siècle de la République: « Je me propose de raconter la guerre que le peuple romain livra contre Jugurtha, le roi des Numides. D’abord parce que ce fut une grande guerre, acharnée et changeante. Ensuite parce qu’elle amena la première contestation réelle du pouvoir arrogant de la nobilitas » (V, 1). L’ouvrage s’achève sur le triomphe de Marius, l’homme de la plèbe dont le courage et la force ont fini par l’emporter sur la vénalité et l’orgueil des aristocrates et sur la détermination d’un ennemi réputé perfide.

La fracture coloniale, la société française au prisme de l’héritage colonial – Pascal Blanchard, Nicolas Bancel et Sandrine Lemaire

pdf

epub

Près d’un demi-siècle après la fin de son empire, la France demeure hantée par son passé colonial. Pourquoi une telle situation, alors que les autres sociétés postcoloniales en Occident travaillent à assumer leur histoire outre-mer ? Pour répondre à cette question Pascal Blanchard, Nicolas Bancel et Sandrine Lemaire ont décidé d’ausculter les prolongements contemporains de ce passé à travers les différentes expressions de la fracture coloniale qui traverse aujourd’hui la société française. Ils ont réuni, dans cette perspective, les contributions originales de spécialistes de diverses disciplines, qui interrogent les mille manières dont les héritages coloniaux font aujourd’hui sentir leurs effets : relations intercommunautaires, ghettoïsation des banlieues, difficultés et blocages de l’intégration, manipulation des mémoires, conception de l’histoire nationale, politique étrangère, action humanitaire, place des DOM-TOM dans l’imaginaire national ou débats sur la laïcité et l’islam de France… Les auteurs montrent que la situation contemporaine n’est pas une reproduction à l’identique du ” temps des colonies ” : elle est faite de métissages et de croisements entre des pratiques issues de la colonisation et des enjeux contemporains. Pour la première fois, un ouvrage accessible traite de la société française comme société postcoloniale et ouvre des pistes de réflexion neuves.

Kojo Tovalou Houénou. Précurseur, 1887-1936. Pannégrisme et modernité – Emile Derlin Zinsou et Luc Zouménou

Résultat de recherche d'images pour "Kojo Tovalou Houénou"

pdf

epub

Kojo Tovalou Houénou, rejeton d’une grande famille béninoise, a été tout à la fois, après 1918, la coqueluche de grands salons parisiens et le héraut en France du panafricanisme. L’ancien président du Bénin, Emile Derlin Zinsou, et un universitaire béninois, Luc Zouménou, retracent la carrière de cet Africain surdoué, fondateur à Paris, en 1924, d’une Ligue universelle pour la défense de la race noire (Ludrn) et dont le peintre Modigliani, un de ses amis, fit le portrait.

Diplômé en médecine et en droit à Bordeaux, le jeune Béninois s’engage dès 1914 dans l’armée française. Blessé et démobilisé, il s’installe à Paris et s’initie à la politique. Il se rend en 1921 aux Etats-Unis, au congrès de l’Universal Negro Improvement Association, le mouvement panafricaniste de Marcus Garvey. De retour en France, il fonde un journal, Les Continents, où il proclame un attachement indéfectible pour la France, tout en critiquant sévèrement ses méthodes « coloniales ». En 1934, à Cotonou, il gifle un confrère en plein tribunal et est incarcéré à Dakar, où il meurt en détention en 1936. Le « prince » Tovalou n’a pas joué le rôle éminent auquel ses talents divers semblaient le destiner.

Industriels et banquiers français sous l’Occupation – Annie Lacroix-Riz

pdf

epub

Le monumental ouvrage d’Annie Lacroix-Riz, écrit presque exclusivement à partir du dépouillement des archives originales françaises et allemandes, a fait date dans l’historiographie européenne de la guerre de 1940/1945. La richesse des sources, l’érudition de l’auteur sont proprement stupéfi antes. Et surtout, l’auteur tire clairement des conclusions. À la faveur de cette 2e édition, l’auteur a entièrement refondu son ouvrage pour tenir compte des dernières données archivistiques et historiographiques.

Histoire de la philosophie islamique – Henry Corbin

pdf

epub

La philosophie en terre d’Islam n’a pas seulement recueilli l’héritage des Grecs. Son rôle dans l’histoire ne s’est pas achevé avec Averroës. Jusqu’à nos jours, elle n’a cessé d’engendrer une des plus riches métaphysiques qui soient. Henry Corbin fait plus ici que nous révéler les moments de cette longue histoire. Il en dévoile le sens et l’intention herméneutique : comment, des Ismaéliens à Avicenne, de Sohravardî ou d’Ibn ‘Arabî à l’Ecole d’Ispahan, s’est constituée une exégèse du Livre saint, et comment est née une philosophie prophétique. L’auteur a pour voeu que ces pensées ne restent pas inconnues du public occidental, mais qu’elles prennent enfin la place qu’elles méritent dans le cours de notre propre questionnement. Le lecteur trouvera dans ce livre enfin réunies les deux parties, jusqu’ici éditées séparément, de cette Histoire, qui couvre ainsi plus de dix siècles.

Histoire politique des immigrations (post) coloniales: France 1920 – 2008 – Ahmed Boubeker, Abdellali Hajjat

pdf

epub

Depuis une vingtaine d’années, l’histoire de l’immigration en France est passée du statut d’objet plus ou moins illégitime dans le champ des sciences sociales à celui d’objet relativement reconnu, comme en témoigne la création de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration. Mais l’histoire politique de l’immigration, l’histoire non pas tant des politiques migratoires que des immigrés en tant que sujets, reste encore a écrire. Ce déficit d’histoire a des conséquences fâcheuses tant du point de vue scientifique que politique. Alors que l’histoire de l’immigration et de la colonisation est au cœur de controverses mémorielles parfois houleuses, les termes du débat se fondent souvent sur une vision partielle ou erronée des mouvements politiques de l’immigration postcoloniale. Des événements historiques, comme la Marche pour l’égalité et contre le racisme de 1983 ou des mobilisations comme les mouvements de jeunes musulmans de France, font l’objet soit de discours mystificateurs, soit de disqualifications symboliques. Ce livre voudrait contribuer à combler ces lacunes en offrant une vision panoramique et dynamique de l’histoire des luttes de l’immigration postcoloniale depuis un siècle. Rassemblant les meilleurs spécialistes du monde universitaire sur la question et les analyses de nombreuses figures importantes du ” mouvement autonome de l’immigration “, il propose une représentation inédite d’une histoire méconnue et constitue le premier ouvrage de référence sur le sujet publié en France.

La bataille du 5 juin 1967: La lutte armée arabe et l’impérialisme – Sabr Abû-Nidhal

pdf

epub

Pas de résumé disponible (livre rare). Cet ouvrage, traduit et présenté par un groupe d’étude arabe, revient sur la bataille du 5 Juin 1967, l’organisation de la la coallition arabe, les idéologies politiques et les différentes stratégies millitaires mises en place et à mettre en place pour vaincre le sionisme.

La lutte arabe contre l’impérialisme est souvent mal connue. Aussi, le commandant Sahr Abû-Nidhal s’est-il livré à une analyse en profondeur des luttes passées, présentes et à venir du peuple arabe. S’appuyant sur des documents politiques et militaires l’auteur explique le mécanisme de la défaite de la bataille du 5 juin 1967 –

(Attention, il y a des commentaires racistes/sionistes ajoutés au stylo).

Histoire de l’Iran et des Iraniens: Des origines à nos jours – Jean-Paul Roux

pdf

epub

Les études iraniennes n’ont pas la place qu’elles méritent et notre connaissance du monde iranien est superficielle. On dirait qu’un grand voile le recouvre qui ne laisse transparaître que quelques phares : Suse, Persépolis, Samarkand, Herat, Ispahan, Chiraz, des miniatures, des poèmes… Il devrait briller de tous ses feux, il devrait être éclatant comme son ciel d’un bleu inégalable, comme ses longs déserts de sable doré, ses montagnes dénudées, comme sa théologie de la lumière, comme ses dômes recouverts de faïences d’azur, comme ses roses d’Ispahan, comme ses poètes
« d’inimitable simplicité ». Il se dissimule à nos yeux, dans la nébuleuse de l’islam où il affirme une forte personnalité.
Et pourtant l’histoire de l’Iran intéresse de près l’histoire universelle. Sa connaissance est indispensable à tout historien, à tout honnête homme. Qui pourrait lire la Bible en ignorant la déportation à Babylone et l’édit libérateur de Cyrus, « l’oint de Iahvé », dit le Deutéro-Isaïe ? Comment pourrait-on étudier la Grèce en négligeant les guerres Médiques, Hérodote, né sujet iranien, Alexandre et sa conquête du monde ? Qui resterait indifférent devant la venue des Mages, des prêtres-rois iraniens, au berceau du Christ ? Qui oserait oublier l’importance capitale pour l’Empire romain de sa longue lutte contre les Parthes et les Sassanides ? Avec quel regard visiterait-on les Indes si l’on ne savait pas que l’islam indien dépend, en
partie au moins, de l’islam iranien ? Et l’amour courtois de notre beau Moyen Age n’est-il pas né dans ce pays cathare qui transmet un ultime écho des vallées de la Mésopotamie ? On pourrait multiplier à l’infini de semblables questions.

Histoire de l’Algérie à la période coloniale, 1830-1962 Jean-Pierre PEYROULOU, Abderrahmane BOUCHÈNE, Ouanassa Siari TENGOUR, Sylvie THÉNAULT

pdf

epub

À l’occasion du cinquantième anniversaire de l’indépendance de l’Algérie, les Éditions La Découverte (Paris) et les Éditions Barzakh (Alger) publient conjointement et simultanément cet ouvrage collectif destiné à un large public sur l’histoire de l’Algérie à la période coloniale (1830-1962). En effet, en France comme en Algérie, celle-ci reste souvent mal connue des non-spécialistes, alors qu’elle est essentielle pour mieux comprendre la situation actuelle dans les deux pays, ainsi que leurs relations depuis l’indépendance en 1962. Or, depuis les travaux pionniers de Charles-André Julien et Charles-Robert Ageron, malgré la multiplication des publications, on manquait d’une vaste fresque synthétique de cette histoire, rendant compte des travaux les plus récents. Ce livre, écrit principalement par des historiens (algériens, français et d’autres nationalités), a donc pour but de mettre à disposition des lecteurs une histoire partagée et critique de cette période historique, qui tienne compte des interrogations actuelles des sociétés sur ce passé.
Cet ouvrage replace ainsi la guerre d’indépendance dans le temps long de la période coloniale, car c’est bien dans cette longue durée que le conflit s’enracine. Il permet ainsi de rendre compte des résultats des nombreux travaux de recherche novateurs conduits sur la période comprise entre la conquête et le début de cette guerre. Dans ce cadre historique, l’ouvrage entend questionner comment l’histoire de ces deux pays et de ces populations s’est nouée, dans des rapports complexes de domination et de violence, mais aussi d’échanges, dans les contextes de la colonisation puis de la décolonisation. Il s’agit enfin d’interroger les héritages de ces cent trente-deux ans de colonisation qui marquent encore les sociétés algériennes et françaises.

Histoire de la Tunisie: Les grandes dates, de la Préhistoire à la Révolution – Habib Boularès

pdf

epub

L’Histoire de la Tunisie, de la Préhistoire à la Révolution est un livre aux multiples accès. Il se lit comme un roman, s’étudie comme un manuel, se feuillette comme un album et on y revient comme à un atlas ou à un dictionnaire. Il offre, en un volume unique, une présentation juste et vivante de tout ce que l’on doit savoir de l’histoire d’un des plus vieux pays du monde. L’auteur : Habib Boularès, né à Tunis en 1933, est journaliste, écrivain et homme politique. Passionné d’histoire tunisienne, de l’Antiquité à la période moderne, il est notamment l’auteur de deux drames historiques, Murad III et le Temps du Bouraq, et de la première biographie de Hannibal écrite du point de vue africain (Paris, Perrin-Tunis, Cérès éditions, 2000). Habib Boularès peut être considéré comme l’un des grands représentants de l’école humaniste tunisienne, associant au savoir le désir de transmettre et aux idées la volonté de réformer. Cette Histoire de la Tunisie par les grandes dates, un monument d’érudition à la portée de tous, en est la parfaite illustration.

Histoire des révoltes panafricaines – Matthieu Renault, CLR James

pdf

epub

Ce petit livre de C. L. R. James, dont la première édition est parue en 1938, la même année que Les Jacobins noirs, propose une histoire mondiale de la résistance des Noirs, de Saint-Domingue aux colonies africaines, en passant par les États-Unis et d’autres îles des Antilles.

Révoltes d’esclaves, émeutes, grèves, mouvements millénaristes ou antiracistes : rompant avec le cliché de populations subissant passivement leur exploitation, James souligne la diversité des rébellions, leur constance et leur place centrale dans le monde moderne. Ici comme ailleurs, ce sont les masses qui font l’histoire, dans les conditions et avec les croyances qui sont les leurs ; les leaders, Toussaint comme Nkrumah, Garvey comme Nyerere, sont toujours portés et produits par des processus collectifs.

Dans l’épilogue, écrit en 1969, James traite des luttes des Noirs aux États-Unis, des conflits ouvriers dans les Caraïbes et surtout de l’Afrique post-coloniale, prolongeant et précisant les analyses avancées trente ans plus tôt. Par son sujet comme par son traitement, ce livre n’a pas pris une ride – il pourrait même être en avance sur notre temps.

Dictionnaire amoureux de la Palestine – Elias SANBAR

pdf

epub

La Palestine n’est pas une terre vierge, encore moins une terra incognita. Son histoire est une longue série de conquêtes et de reconquêtes, abouties parfois, rêvées le plus souvent. Ce dictionnaire amoureux est l’ouvrage d’une diaspora.

Comment traiter d’un pays qui n’aurait jamais existé ou d’un Etat qui n’existe pas encore ? Telle pourrait être l’équation en apparence impossible posée par ce Dictionnaire amoureux de la Palestine.

Sans faire l’impasse sur les grandes interrogations liées à un conflit emblématique, véritable “caisse de résonance” des passions et des délires du monde, l’auteur entend ramener le pays et son peuple à leur réalité, leur banalité quotidienne, à l’ambition profonde d’être enfin un pays comme les autres.

Fort de son vécu, mais sans renoncer à l’analyse, il fait le choix ici d’aborder une autre Palestine, plus réelle, une Palestine intime, subjective, née de la profonde relation entre une terre natale et un enfant réfugié en 1948 qui, malgré ou grâce à l’exil, découvrira le monde et se transformera sans jamais se renier.

Ce site permet la diffusion gratuite de livres traitants de divers sujets comme l'histoire, la politique, les sciences, les religions, etc… Cette bibliothèque propose de rendre accessible à tou-te-s, un certain nombre de références bibliographiques souvent peu connues du grand public et/ou simplement difficiles d'accès en France. Nous ne partageons pas forcément les idées de tous les auteurs publiés, mais ces ouvrages peuvent servir à alimenter nos réflexions et ainsi, réfléchir sur les différents mécanismes de domination. Cette liste n'a pas la prétention d'être exhaustive, mais elle s'intéresse à l'histoire des différentes luttes menées par les opprimé.es à travers le monde et notamment au processus de décolonisation avec ses différents courants de pensée, celles et ceux qui l'ont incarné.es, encouragé.es, diffusé.es… Ce site permet également de faire connaitre ou redécouvrir des auteurs, des poètes, des philosophes ou même des idées, qui ont traversé notre histoire, mais qui se sont souvent arrêtés aux portes de l'occident et de son universalisme blanc. Si vous êtes à la recherche d'un ouvrage, nous pouvons tenté de le trouver et de le mettre a votre disposition au format numérique. Si vous le souhaitez, en échange nous vous proposons de participer à la mise en page/correction de l'ouvrage. Ce site est participatif et tout le monde peut aider à diffuser ce savoir. La page d'accueil recense l'ensemble des ouvrages disponibles, que vous retrouverez également dans les catégories ci-dessous. Mail pour nous contacter: jugurtha@riseup.net